Budget record pour combattre les embouteillages toujours plus lourds

Le gouvernement flamand va consacrer cette année encore 1,5 milliard d’euros à la mobilité. Grâce à ce montant record, les autorités veulent contrecarrer les embouteillages qui ne cessent de prendre de l’ampleur. L’an dernier, la Flandre a été encore un peu plus paralysée (+6%) par les bouchons qu’en 2016. Avant tout sur les autoroutes, où les files deviennent de plus en plus longues.

Le rapport annuel du Centre flamand du trafic (Vlaams Verkeerscentrum) indique que les embouteillages sur les autoroutes de Flandre ont été 6% plus « lourds » en 2017 que l’année précédente. La "lourdeur" des bouchons est un indicateur utilisé par le centre, qui combine la longueur (en kilomètres) et la durée des files.

L'augmentation de cet indice est principalement due à une hausse du trafic sur les autoroutes flamandes. L'an passé, il a effectivement gonflé de 0,6% les jours ouvrables et de 1,9% le samedi.

Le trafic de camions a augmenté de 1,5% les jours ouvrables, après avoir stagné en 2016. Le champion des embouteillages était le tunnel Kennedy (photo) à Anvers, en direction des Pays-Bas, qui a compté chaque jour plus de dix heures de files. Vient ensuite le Ring autour de Bruxelles.

Radars tronçon mobiles près des chantiers d’autoroutes

En réaction à la croissance des embouteillages sur le réseau routier flamand, le ministre régional de la Mobilité Ben Weyts (photo) annonçait ce vendredi à Louvain que le gouvernement flamand va investir cette année encore 1,5 milliard d’euros pour améliorer la mobilité. C’est un montant record, précisait le ministre.

De nombreux grands chantiers sont prévus en 2018 sur les autoroutes de Flandre. Pas moins de 32 chantiers au total. Pour assurer la sécurité des ouvriers et des usagers de la route pendant ces travaux, le ministre Weyts veut faire placer des radars tronçon mobiles aux abords des chantiers. Le radar qui se trouve actuellement le long de l’A12 pourra être placé sur les autoroutes.

"Là où c’est possible, nous investirons dans une capacité accrue", promet Ben Weyts. Les autoroutes E17, E313 et E314 auront droit à des bandes de circulation supplémentaires pour les heures de pointe, aménagées sur la bande d’arrêt d’urgence, avec une signalisation adaptée.

Le ministre de la Mobilité veut aussi encourager l’utilisation d’autres moyens de transport que la voiture. Un nouveau pont pour les vélos sera ainsi aménagé au-dessus de l’E314 à hauteur de l’hôpital Gasthuisberg à Louvain (Brabant flamand). Weyts veut convaincre davantage de citoyens à se déplacer à vélo. Et puis la qualité de vie des Flamands sera améliorée aux abords des autoroutes A12, E314 et E17 grâce à des panneaux anti-bruit.

Des travaux jour et nuit

C’est en province anversoise que le plus grand nombre de chantiers sont prévus. Certains projets constitueront une entrave sérieuse à la circulation locale. "Là où nous travaillons pour améliorer la mobilité, nous taperons aussi sur les nerfs des citoyens", admet le ministre. L’Agence pour les routes et la circulation promet de tout faire pour limiter les nuisances.

C’est pourquoi les travaux seront effectués autant que possible en continu sur les autoroutes, à savoir jour et nuit, ainsi que les week-ends et jours de vacances. Maarten Matienko (photo archives) du club de mobilité VAB a déjà plaidé en faveur d’une attention accrue à une amélioration de la coordination de travaux sur d’autres routes de Flandre qui risquent d’entrer en conflit avec les grands chantiers sur les autoroutes.