Les victimes d’attentats seront indemnisées endéans un an

Les victimes d'attentats terroristes bénéficieront d'un mécanisme de subrogation vis-à-vis des assureurs. C’est ce qu’a annoncé ce vendredi le ministre de la Justice, Koen Geens. En d'autres termes, l'Etat interviendra pour indemniser les victimes par le biais de la Commission pour l'aide financière aux victimes d'actes de violence et reprendra ensuite leurs droits en attendant que l'assureur paie. Jusqu’à présent, beaucoup de victimes ont eu l’impression d’être abandonnées par le gouvernement belge.

A une dizaine de jours de la commémoration des attentats du 22 mars 2016 survenus dans le hall des départs de l’aéroport de Zaventem et à la station de métro bruxellois Maelbeek, le gouvernement fédéral a fait le point sur l'avancement de ses travaux dans le cadre de l'aide aux victimes.

Outre la subrogation vis-à-vis des assureurs, la procédure en vue de bénéficier d'une aide urgente de la Commission sera accélérée. Un département "terrorisme" sera créé. L'urgence sera toujours acceptée lorsqu'il est question de terrorisme, un président unique s'occupera des dossiers et la décision sera prise rapidement.

Le ministre Kris Peeters (photo archives), chargé de défendre les droits des Consommateurs, a convenu avec la coupole des assureurs, Assuralia, que les victimes d’actes terroristes seront indemnisées endéans l’année.

En matière d'assistance judiciaire, un poste de préjudice spécifique "frais d'avocat" sera créé, avec un plafond de 12.000 euros, et il sera possible de recourir à des avocats spécialisés.

Avant la fin du mois, un site portail unique sera accessible aux victimes, qui leur permettra de bénéficier de l'information la plus judicieuse et la plus actuelle, a assuré le Premier ministre, Charles Michel.