"Deux crises alimentaires en un an: le patron de l’Afsca doit prendre ses responsabilités"

La députée SP.A Annick Lambrecht a réclamé lundi la démission de l'administrateur délégué de l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca), Herman Diricks, après la découverte de cas de fraudes dans les abattoirs de l'entreprise Veviba à Bastogne. De son côté, le ministre de l'Agriculture, Denis Ducarme (MR), a annoncé que des réformes auront lieu au sein de l'Afsca afin de mettre fin à certains "déficits" en matière de contrôle et de transmission de l'information. Un audit sera également mené.

L'agence aurait dû intervenir plus rapidement et doit mieux communiquer, a affirmé la députée socialiste sur les ondes de la VRT-radio, en dénonçant un énième scandale touchant l'alimentation.

"Six mois après la crise des oeufs (contaminés au fipronil, un insecticide interdit sur les animaux destinés à la chaîne alimentaire), le consommateur est à nouveau confronté à un scandale alimentaire. Et à nouveau surgissent des doutes sur le rôle et le fonctionnement de l'agence de sécurité alimentaire", a souligné la députée d'opposition dans un communiqué.

Lors de l'émission "De ochtend" de la VRT, elle allée plus loin, appelant M. Diricks à "prendre ses responsabilités" alors que la Cour des Comptes a demandé l'an dernier à l'Afsca de mettre en oeuvre ses recommandations. "Deux crises en un an, d'abord avec les oeufs et maintenant avec notre viande, cela doit suffire à mettre en question la position de son patron (M. Diricks, ndlr)", a-elle affirmé.

Mme Lambrecht a dit souhaiter des "réponses claires" sur le rôle et le fonctionnement de l'agence ainsi qu'un débat sur la fixation du prix de la viande.

La commission de la Santé de la Chambre doit se réunir lundi après-midi pour retracer l'historique de l'affaire depuis les premières plaintes en septembre 2016 jusqu'à l'inspection en mars 2018. Les ministres de la Santé et de l'Agriculture, Maggie De Block et Denis Ducarme, seront présents, tout comme un représentant de l'Afsca.

Un audit et des réformes annoncées

Des réformes auront lieu au sein de l'Afsca afin de mettre fin à certains "déficits" en matière de contrôle et de transmission de l'information, a annoncé le ministre de l'Agriculture, Denis Ducarme (MR), en commission de l'Agriculture de la Chambre, au cours d'un débat consacré au scandale Veviba.

"J'ai constaté un certain nombre de déficits et j'ai le soutien du Premier ministre pour opérer des réformes en cette matière. Nous devons apporter pleinement au consommateur la garantie, le droit d'avoir accès à une nourriture conforme et saine", a déclaré M. Ducarme. Un audit sera mené à cet effet.

Le ministre a retracé devant les députés la chronologie des faits depuis octobre 2016, quand les autorités kosovares ont informé la Belgique d'une saisie de viande fournie par Veviba, jusqu'à ces derniers jours. La découverte de la falsification a entraîné l'ouverture d'une instruction judiciaire mais il a fallu attendre le 28 février pour qu'une perquisition de grande ampleur soit menée chez Veviba; une perquisition qui débouchera sur les mesures sanitaires prises au début mars.

"Pourquoi aura-t-il fallu au juge d'instruction plus d'un an et demi pour réaliser une perquisition compte tenu de l'information en lien avec la tentative d'exportation de viande avariée au Kosovo?", se demande M. Ducarme. Le ministre n'a pas mâché ses mots à l'égard de l'entreprise de Bastogne dont il a stigmatisé les "pratiques mafieuses".