Les navires belges protégés 24h/24 dans les zones à risque

Les navires belges qui traversent des zones dangereuses seront désormais surveillés et protégés en permanence. Le secrétaire d'Etat à la Mer du Nord, Philippe De Backer (Open VLD), a mis en place l'unité de sûreté maritime. Cette cellule est active depuis ce mardi. Lorsque des navires belges traversent certaines zones au large de la Syrie, du Yémen, ou le golfe Guinée, le danger terroriste est réel. Ils doivent être suivis 24 h sur 24 et 7 jours sur 7 afin que nous puissions intervenir rapidement en cas de problèmes.

Chaque jour, 5.450 personnes travaillent à bord des navires belges. Ces navires doivent parfois traverser des zones dangereuses où la piraterie et les enlèvements représentent une menace quotidienne.

L’unité de sûreté maritime est composée de cinq personnes qui travaillent en étroite collaboration avec les douanes, l’armée, la police maritime et le centre contre la cybercriminalité.

En cas d’attaque de pirates ou de terroristes, le capitaine du navire pourra ainsi activer une alarme silencieuse.

"Un navire belge qui se trouve dans une zone dangereuse est considéré comme un patient aux soins intensifs : il est surveillé en permanence jusqu’à ce que tous les dangers soient passés" explique Philippe De Backer. "Via une surveillance par satellite, un numéro d’urgence accessible 24h/24 et 7 jours /7, un nouvel écran qui donne des informations en temps réel et indique où se trouvent les navires, nos navires belges ne sont pas perdus de vue une seule minute".