Le gouvernement a un accord sur le budget de mobilité

L’accord du gouvernement fédéral sur le budget mobilité dépasse un peu la solution d'allocation mobilité, ou "cash for car", car plusieurs formules seront possibles. Les travailleurs pourront choisir leur type de mobilité : voiture, train ou vélo (électrique). L'objectif reste de réduire le nombre de voitures de société sur les routes, et donc les embouteillages, tout en conservant un avantage salarial intéressant.

Ce projet de loi est l'un des points de l'accord de l'été du gouvernement fédéral. Afin de lutter contre la congestion automobile, il offre la possibilité aux travailleurs qui disposent depuis suffisamment longtemps d'une voiture de société de la restituer contre une "allocation de mobilité", qui sera soumise au même statut fiscal et social avantageux que celui de la voiture de société. L'allocation sera calculée en fonction du prix catalogue de la voiture et indexée annuellement.

Selon plusieurs études, le succès de la mesure demeurera limité. Un rapport récent du service public fédéral Mobilité estime qu'entre 3% et 9% des ménages seulement pourraient choisir ce système et renoncer à une voiture, soit de 15.000 à 50.000 ménages.

Les partenaires sociaux se sont accordés quant à eux sur un "budget mobilité", soit un budget annuel que l'employeur pourrait octroyer à un travailleur comme solution de rechange à une voiture de société. Dans ce cas, celui-ci remplacerait sa voiture par des moyens de transports plus respectueux, ou achèterait une voiture plus petite qu'il combinerait avec les transports en commun.

Les deux systèmes sont complémentaires, a assuré le ministre des Finances, Johan Van Overtveldt.