Quelque 172 transmigrants interceptés en Flandre occidentale

Jeudi, pas moins de 26 migrants qui tentaient de se rendre au Royaume-Uni ont été découverts dans les environs de Zeebrugge. Au total, la police de Flandre occidentale a arrêté 172 migrants en transit au cours de la semaine passée. C’est un record pour cette année.

De nombreux services de police ont tenu des actions les 5 et 6 mars derniers, afin de cartographier le nombre de transmigrants conduits en Flandre occidentale par des passeurs.

Au total, 72 transmigrants ont été découverts sur ces deux jours. La police a constaté que certains utilisaient le tram de la côte pour atteindre Zeebrugge. Selon le procureur du Roi de Flandre occidentale, Frank Demeester, la pression reste élevée dans la province, tant à Zeebrugge que sur les parkings d'autoroute.

La police a dénombré 172 transmigrants au total, pour la plupart originaires d'Érythrée et d'Algérie, au cours de la semaine passée. Il s'agit du nombre le plus élevé en 2018. Environ 40% d'entre eux ont été arrêtés à Zeebrugge (photo archives). Les autres l'ont été à Blankenberge, La Panne, Jabbeke et 12 autres communes de Flandre occidentale.

Parmi ces migrants, un Algérien de 28 ans s'est introduit à trois reprises sur une journée dans la zone portuaire. Il a été cité à comparaître devant le tribunal correctionnel et risque un an de prison. Le procureur se plaint en outre que les migrants en transit se comportent de manière "plus agressive". Il rapporte des tirages d'uniformes du personnel de sécurité et des radios d'agents de surveillance saisies. Le parquet demande donc que tout fait de violence ou autre action punissable de la part d'un transmigrant soit rapporté à la police.

Kurt Desplenter