"Les supermarchés devraient nous guider vers des produits durables"

De nombreux clients souhaitent acheter des produits durables parce qu'ils se préoccupent de l'environnement, de leur santé ou du bien-être animal. Mais quels produits acheter ? Selon un groupe de consommateurs, ce sont les supermarchés eux-mêmes qui devraient nous guider dans ce choix. "Nous voulons réinstaurer la confiance des consommateurs dans l'offre alimentaire des supermarchés ", explique Ingrid Renders, l'initiatrice du site Web pour parents "maisonslash.be".

Ingrid Renders a organisé des rencontres durant un an, entre plusieurs organisations comme Rikolto (anciennement îles de paix), Fairtrade Belgium, Femma, KVLV, Gezinsbon (la ligue flamande des familles),Test-Achats et des chaînes de supermarchés comme Delhaize, Colruyt et Carrefour.

Selon la co-fondatrice de maisonslash.be  "les chaînes de supermarchés pourraient aider leurs clients à modifier leurs comportements d'achat en faveur de produits durables".

"Comme consommateurs, nous sommes parfois perdus parce que nous ne savons plus quoi acheter. A quelle viande pouvons-nous encore faire confiance ? Quels sont les légumes qu’il vaut mieux acheter ? Nous savons tous qu’il faut privilégier les légumes de saison mais quels sont alors les meilleurs ? Nous pourrions faire des recherches par nous-mêmes mais avec la vie trépidante que nous menons tous et toutes, il serait utile que les supermarchés puissent nous aider à faire des choix".

Elle demande dès lors aux supermarchés d’ouvrir le dialogue via le site meerdanmijnkassaticket.be (plus que mon ticket de caisse).


"Les aliments durables et biologiques sont souvent un peu plus chers, mais ils peuvent attirer un public cible", ajoute Ingrid Renders. "Je crois qu’il y a de plus en plus de gens qui sont prêts à payer un peu plus s'ils savent qu’ils achètent de bons produits. Les récents scandales de la viande périmée n'ont fait que renforcer la demande d'une plus grande durabilité.

C’est aujourd’hui qu’a lieu à la Chambre, la réunion de la Commission de la Santé publique. A la demande du ministre de l’Agriculture Denis Ducarme (MR) l’AFSCA y présentera son rapport suite au scandale Veviba.