Collection Toporovski : des perquisitions à Gand

Plusieurs perquisitions ont été menées lundi, notamment au Musée des Beaux-Arts de Gand (photo), dans le cadre de l’enquête concernant l’authenticité d’œuvres avant-gardistes russes provenant de la collection d’Igor Toporovski, qui ont été brièvement exposées au MSK. Le parquet n’a pas voulu donner davantage de précisions, mais la ville a confirmé la perquisition au musée. On ne sait si le domicile de la directrice du MSK, momentanément écartée, a également fait l’objet d’une perquisition.

Le Musée des Beaux-Arts de Gand (MSK) fait l'objet d'une enquête judiciaire à propos de l'authenticité d'une vingtaine d'œuvres avant-gardistes russes qui y avaient été exposées, puis retirées. L’enquête fait suite à une plainte déposée par quatre marchands d'art et une personne qui gère l'héritage artistique d'un artiste renommé.

Le parquet n'a pas souhaité communiquer l'objectif des perquisitions menées lundi. Le collège de la ville de Gand a également confirmé la perquisition du Musée, sans donner davantage de détails.

Au début du mois de mars, la directrice du Musée, Catherine de Zegher (photo archives), a été temporairement écartée et un audit a été lancé, à la suite d'une exposition de ces œuvres russes dont l'authenticité n’a encore pu être établie. L'audit externe devrait commencer cette semaine et porter sur la manière dont le Musée des Beaux-Arts de Gand a suivi les règles en la matière et les pratiques ad hoc de référencement concernant les prêts entrants.

La directrice est en effet soupçonnée d’avoir menti sur le rôle d’experts externes dans la préparation de l’exposition et de n’avoir pas respecté les règles de déontologie en acceptant un prêt douteux.

Personne n'a précisé ce lundi si le domicile de Catherine de Zegher avait également été perquisitionné. La directrice n'était d'ailleurs pas disponible pour commenter ces informations. Pour le moment, aucun directeur ad intérim n'a été nommé au Musée, où personne n'a souhaité évoquer les perquisitions menées lundi matin.

Dans la soirée, on apprenait que le cabinet de l'échevine gantoise de la Culture, Annelies Storms, avait également été perquisitionné. Lors de la séance du conseil communal, l'opposition a demandé des éclaircissements sur cette affaire. Le bourgmestre Daniel Termont a répondu que les membres du conseil ne pouvaient pas poser de questions à propos d'une enquête judiciaire en cours.