Dossier F-16 : le colonel Van Pee convoqué au plus tard le 18 avril

La commission de la Défense de la Chambre a décidé mercredi de procéder aux auditions relatives au dossier du remplacement des F-16 le 18 avril au plus tard. Les députés de la majorité ont décidé d'attendre les conclusions de l'audit qui doit déterminer comment et pourquoi les études réalisées par Lockheed Martin validant la possibilité de prolonger les appareils actuels n'ont pas été transmises au ministre.

Le député Alain Top (SP.A) avait demandé que le colonel Harold Van Pee, qui dirige la procédure de remplacement des F-16, soit entendu dès ce mercredi par les députés. L'officier avait indiqué dans la presse qu'il était prêt à s'expliquer face au Parlement dans les plus brefs délais. M. Top a demandé dès l'ouverture de la commission la transparence au ministre de la Défense Steven Vandeput, présent face aux députés. Le mandataire socialiste a exigé de pouvoir consulter les rapports qui font polémique depuis mardi. Il a aussi estimé que le ministre se dédouane en parlant d'une simple "faute d'appréciation" pour justifier la non-transmission des études en question.

L'écologiste Wouter Devriendt a, lui, souligné l'importance de cette information d'un point de vue budgétaire. Le coût du remplacement des F-16 est évalué à quelque 15 milliards d'euros, a-t-il rappelé.

George Dallemagne (cdH) a tenté d'accélérer les travaux de la commission sur cette question. Le parlementaire a souligné que dans le cadre de l'affaire Veviba, les principaux responsables ont été auditionnés très rapidement et a demandé à ses confrères pourquoi il en irait autrement dans ce dossier.

Le libéral Richard Miller (MR) s'est joint aux appels à entendre le colonel Van Pee et les autres principaux responsables de la procédure de sélection. Il a cependant rejeté les propositions visant à l'arrêter ou la suspendre.

"Marre des accusations"

Ce fut alors au tour du ministre Vandeput de se défendre de toute mauvaise foi. "J'en ai marre des accusations, je fais tout depuis le départ pour que cette procédure se passe de la manière la plus objective possible", a-t-il lancé aux députés d'opposition. Il a affirmé faire entièrement confiance aux enquêtes en cours et a insisté sur la nécessité de remplacer les chasseurs-bombardiers F-16 dans les plus brefs délais.

Selon le ministre, même si les F-16 actuels peuvent être prolongés, la question de leur valeur opérationnelle se pose. "Il y a encore des Spitfire qui volent! ", a-t-il ajouté pour illustrer son propos.

Les membres de la commission de la Défense ont finalement décidé d'attendre les résultats de l'audit interne et externe mené au sein du ministère, qui doivent tomber dans les trois semaines selon le ministre. Après quasiment une heure trente d'interventions, les députés de la majorité ont opté pour un report des auditions. Le député Dallemagne a alors demandé qu'une date maximum soit fixée, requête pour laquelle il a été soutenu par les députés de la majorité Miller et Yuksel (CD&aV). La date du 18 avril, à la fin des vacances de Pâques, a dès lors été arrêtée.

D'autres responsables seront également convoqués d'après les demandes de l'opposition, parmi lesquels le chef de la composante air Frederik Vansina, l'ancien chef de cabinet du ministre Claude Van de Voorde (actuel chef du Service général du Renseignement et de la Sécurité) et l'actuel chef de la Défense (COD) Marc Compernol.