Les Belges les plus riches ont stocké 48 milliards d’euros au Luxembourg

Sur les cent familles les plus riches de Belgique, une soixantaine environ ont créé au moins une société (boîte aux lettres) au Grand-Duché du Luxembourg, rapportent les quotidiens Le Soir et De Tijd, sur base d'une enquête qu’ils ont menée en consultant près de 1,5 million de documents du registre d’exploitation luxembourgeois. Sur cet argent stocké aux Grand-Duché, les familles belges paient très peu d’impôts.

Il y a trois ans, les révélations de LuxLeaks sur des accords fiscaux secrets entre grandes entreprises et les autorités luxembourgeoises avaient déjà laissé entrevoir que des Belges avaient recours au régime fiscal avantageux au Luxembourg.

Mais ces derniers mois, les quotidiens De Tijd et Le Soir ont pu consulter pour la toute première fois près d’un million et demi de documents du registre d’exploitation luxembourgeois. Et cela grâce à des spécialistes informaticiens qui ont pu copier le registre. Ceci a permis de voir quels Belges importants sont présents au Luxembourg.

Il en ressort que sur les 100 familles les plus riches de Belgique, 60% sont présentes au Luxembourg. Dans deux cas sur trois, il s'agit uniquement d'une boîte aux lettres n'ayant d'autre activité que la détention de parts dans d'autres sociétés, parfois situées à l'étranger (îles Vierges britanniques, Panama) et ne payant généralement que peu d'impôts.

Si l'on ne retient que les 50 familles les plus riches, elles sont alors huit sur dix à opter pour des constructions financières et fiscales au Luxembourg. Cumulés, les capitaux propres de leurs sociétés dépassent les 48 milliards d'euros. Et leurs actifs frôlent les 54 milliards. Soit l'équivalent du produit intérieur brut de la Lettonie.

Le nom d’Yves Leterme apparait

Certaines sociétés ne sont effectivement pas davantage qu’une boîte aux lettres. D’autres possèdent un bureau et un peu de personnel au Luxembourg.

Parmi les grands noms qui apparaissent dans les documents consultés par les deux quotidiens, il y a les familles de grands actionnaires d’AB InBev, le groupe Vandemoortele, l’entreprise Katoen Natie de Fernand Huts, l’ancien président de l’organisation patronale Voka Urbain Vandeurzen, le groupe Sioen, le champion des travaux de maintenance Jan de Nul, Alexandre Van Damme dont la société Cesto détient une part du RSC Anderlecht, et Philippe Vlerick, une des grandes fortunes flamandes du textile. Mais aussi les familles Bostoen, Swenden et Haspeslagh.

L'ex-Premier ministre belge, Yves Leterme (photo), également ancien secrétaire général de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) figure aussi dans la liste des "boites aux lettres" luxembourgeoises, alors qu'il était administrateur de Tele Colombus Holding SA, une société de participation établie au Luxembourg. Il confirme sa "participation au sauvetage de Tele Colombus qui a fait l'objet d'un ruling de l'administration fiscale belge en 2016". Il affirme qu’il n’y avait rien d’illégal à cette construction, et le holding a entretemps cessé ses activités.

D’après le journaliste Lars Bové du quotidien De Tijd, le nom d’Yves Leterme apparait sur l’une des adresses de boîte aux lettres les plus utilisées au Luxembourg. C’est évidemment assez bizarre, indiquait-il dans l’émission "De ochtend" de la VRT. "Quel signal donne-t-il en tant qu’ancien Premier ministre belge ? La question est aussi de savoir ce qu’il faisait effectivement au Luxembourg".