"Knack s’est mis au niveau de la presse de caniveau et j’en tiendrai compte"

Le président de la N-VA, Bart De Wever n’a pas du tout apprécié que l’hebdomadaire flamand Knack révèle dans un article sur son site internet la relation amoureuse entre Liesbeth Homans ( N-VA) et Tom Meeuws (SP.A), une relation qui aurait duré entre mi-2013 et 2015. "Knack s’est mis ici au niveau de la presse de caniveau et j’en tiendrai compte à l’avenir", a-t-il déclaré dans l’émission "De ochtend" (VRT).

Selon l'hebdodamadaire Knack, révéler la relation entre Tom Meeuws et Liesbeth Homans était pertinent d’un point de vue politique, parce qu'une source haut placé de la N-VA a déclaré "qu’il fallait briser Tom Meeuws pour ce qu'il avait fait à Liesbeth". 

Mais Bart De Wever qualifie de ce raisonnement de "ridicule". "C'est juste une discussion de café".

"La presse est descendue à un niveau que nous n’avions jamais atteint auparavant et qu’il vaudrait mieux éviter. A cet égard, nous avons passé une bien triste semaine", a déclaré le bourgmestre d’Anvers. "Knack s’est mis ici au niveau de la presse de caniveau et je vais en tenir compte à l’avenir".

Cela signifie-t-il qu'il n’accordera plus d'interviews à Knack ? "Je n'ai pas dit ça", répond Bart De Wever. "Mais une presse de caniveau doit être traitée comme une presse de caniveau et non comme un magazine politique sérieux. Ce qui s'est passé ici est horrible".

"Si vous suivez ce raisonnement et qu’il faut savoir qui couche avec qui pour comprendre ce que les gens font, est-ce que cela s’applique alors aussi aux journalistes ?  Si nous commençons comme cela alors il n’y aura plus de limites", conclu De Wever qui se réfère à la situation dans les pays anglo-saxons. 

La justice anversoise mène actuellement une enquête judiciaire sur Tom Meeuws pour de possibles falsifications de factures lorsqu'il dirigeait la zone anversoise de l'entreprise de transports publics De Lijn.