Le gouvernement flamand va aider les communes pour des travaux de désamiantage

Les communes flamandes recevront une aide ponctuelle de 9 millions d’euros supplémentaires pour éliminer l’amiante dans leurs bâtiments. La ministre flamande de l’Environnement Joke Schauvliege (CD&V) a confirmé à la VRT l’information révélée par le quotidien De Morgen. Un plan régional d’élimination de l’amiante doit être approuvé avant l'été.

L’amiante est encore bien présente dans les bâtiments en Flandre. Elle a été largement utilisée dans les années 50 et 70 comme matériau de construction notamment pour sa résistance à la chaleur et au feu.

Mais depuis il a été prouvé que des particules d’amiante pouvaient causer le cancer du poumon et les bâtiments doivent en être débarrassés.

De tels travaux de désamiantage doivent être effectués par des entreprises spécialisées et cela coûte beaucoup d’argent.

Cela représente aussi un coût supplémentaire pour les villes et les communes flamandes. La ministre flamande de l’Environnement a donc débloqué un montant unique de 9 millions d’euros supplémentaires.

"C’est une bonne première étape", a déclaré Christof Delatter de l’Union des villes et communes flamandes. "Mais à long terme il faudra sans doute plus d’argent pour régler efficacement ce problème".

Les 9 millions d'euros proviennent de la manne budgétaire du gouvernement flamand. Ce week-end, on a appris qu’après son contrôle budgétaire, le gouvernement de Geert Bourgeois (N-VA) avait dégagé un excédent de 100 millions d'euros.

Avant l'été, le gouvernement flamand approuvera définitivement le grand plan de désamiantage. Cela permettra de libérer chaque année une somme pour débarrasser la Flandre de l'amiante d'ici 2040 au plus tard.

Dans un premier temps, il s'agira probablement d'un budget de 10 à 15 millions d'euros par an.

"A la question de savoir si cela suffira, c’est difficile à prévoir » ajoute Christof Delatter. "Nous n’avons pas encore aujourd’hui d’idée assez précise. Les autorités et les communes flamands doivent d’abord dresser un inventaire de l’amiante aujourd’hui. Si nous réalisons cela nous pourrons alors cartographier la présence de l’amiante. Il y a aussi beaucoup d’amiante présente dans les maisons des particuliers et on ne dispose pas de suffisamment d’informations à ce sujet".