Ex-espion empoisonné: un diplomate belge expulsé par Moscou

La Russie a signifié mercredi l'expulsion d'un diplomate belge en poste à Moscou, en représailles à une mesure semblable décidée par le gouvernement belge, ont confirmé les Affaires étrangères à la rédaction de la VRT.

Cette expulsion a été signifiée par le ministère russe des Affaires étrangères au chef de mission adjoint à Moscou, en l'absence de l'ambassadeur, Jean-Arthur Régibeau, a indiqué un porte-parole du département, sans préciser l'identité du diplomate concerné.

Il y a une semaine, le gouvernement fédéral avait décidé de retirer l'accréditation d'un diplomate russe en Belgique. Cette décision avait été prise en réaction à l’empoisonnement de l’ancien espion russe Sergueï Skripal et de sa fille le 4 mars dernier à Salisbury (Angleterre).

Le diplomate russe concerné par ce renvoi avait 14 jours pour quitter le territoire belge. Ce devrait également être le cas du diplomate belge.

Crise diplomatique sans précédent depuis la Guerre froide

Une demi-douzaine de diplomates sont en poste auprès de l'ambassade de Belgique à Moscou sans compter le personnel affecté à des tâches consulaires, les représentants des entités fédérées, un officier de liaison de la police fédérale et un autre pour la douane.

Depuis le début de l’affaire, quelques 300 diplomates ont été expulsés de part et d’autre, ce qui en fait la plus grave crise diplomatique Est-Ouest depuis la Guerre froide. Ce mercredi, la Russie, qui rejette les accusations à son encontre, a accusé les services spéciaux britanniques et américains de l'empoisonnement de l'ex-agent double russe et a sommé les Occidentaux de dialoguer, plutôt que de la punir, pour éviter une nouvelle crise des missiles de Cuba.