61.000 Belges victimes potentielles de la fuite de données Facebook

Près de 61.000 Belges pourraient faire partie des 87 millions d'utilisateurs du réseau social Facebook dont les données ont été exploitées à leur insu par la firme Cambridge Analytica, a indiqué la porte-parole de Facebook pour le Benelux, Tineke Meijerman, à Belga mercredi soir.

Les données de 87 millions d'utilisateurs ont été récupérées par la société Cambridge Analytica qui a soumis un questionnaire psychologique à 270.000 personnes dont les informations de leurs amis ont aussi été collectées. Ce chiffre a été revu à la hausse, alors que le réseau social, en proie à son plus large scandale, évoquait dans un premier temps 50 millions de personnes affectées.

La vaste majorité des personnes touchées par cette fuite massive de données sont Américaines, soit 70.632.350 (81,6%), mais des utilisateurs belges ont aussi été affectés. Les données personnelles de 60.957 Belges auraient, probablement insiste la porte-parole, été récupérées via l'installation de l'application concernée par seulement huit personnes.

A l'époque du questionnaire soumis par Cambridge Analytica, en 2014, les applications autorisées par une personne avaient accès aux données de ses amis, ce qui explique le nombre exponentiel de victimes de la fuite, alors que le réseau social compte plus de 2 milliards d'abonnées. Cette collecte automatique des informations des amis a été désactivée en 2014.

La commission de protection de la vie privée collabore avec l'enquête européenne sur la fuite des données Facebook. Elle avertira les personnes lésées en Belgique si des noms et des données relatives aux contacts sont mis au jour, a indiqué jeudi le secrétaire d'Etat Philippe De Backer (Open VLD).

Les victimes pourront ensuite prendre elles-mêmes contact avec Facebook, ou Cambridge Analytica, qui a bénéficié des données spoliées, pour les faire disparaître.

L'entreprise data Cambridge Analytica a ramassé les données de quelque 87 millions d'utilisateurs Facebook parmi lesquels 61.000 Belges, a fait savoir mercredi le patron de Facebook Mark Zuckerberg.

Facebook avertira elle-même les utilisateurs spoliés, à partir du 9 avril, a indiqué mercredi soir son responsable technique Mike Schroepfer.

Huit Belges auraient téléchargé l'application qui a permis à Cambridge Analytica de récupérer des données. Ces huit téléchargements ont entraîné un transfert de données appartenant à 60.957 Belges.

Cambridge Analytica a joué un rôle d'influenceur dans la dernière campagne présidentielle américaine.

Le patron de Facebook Mark Zuckerberg a présenté des excuses et promis des améliorations. Il sera auditionné par le Congrès le 11 avril.