Des projets pour protéger les jeunes contre la radicalisation

La ministre flamande de l’Enseignement, Hilde Crevits (CD&V), débloque 200.000 euros pour soutenir huit projets - dans plusieurs villes flamandes et à Bruxelles - visant à protéger des jeunes fragilisés contre une radicalisation et la criminalité juvénile. Ces projets débuteront au retour des vacances scolaires de Pâques.

Les 200.000 euros de nouveaux subsides flamands iront, dès la semaine prochaine, à huit projets qui doivent protéger davantage des jeunes fragilisés contre une radicalisation ou une polarisation. La ministre de l’Enseignement, Hilde Crevits (photo), précise que ces projets seront menés à bien dans les villes de Bruges, Bruxelles, Gand, Genk, Courtrai, Vilvorde et Anvers (deux projets).

Le soutien financier le plus élevé (77.000 euros) sera alloué à un projet de l’école supérieure Erasmus. Elle propose de former des étudiants qui seront un jour enseignants et des enseignants dans des écoles à devenir des coaches du dialogue qui savent comment réagir à une polarisation ou un processus de radicalisation.

Le projet Spoor Brugge, à Bruges, recevra 19.000 euros pour former 50 enseignants à aborder des problèmes de polarisation, diriger des discussions et régler des situations tendues dans les classes. A la fin de l’an dernier, des incidents violents s’étaient produits à Bruges dans le quartier de la gare, à l’instigation d’une bande de filles qui terrorisaient d’autres écoliers.