Sécurité nucléaire : des Néerlandais vont porter plainte contre la Belgique

Le groupe d’action néerlandais "Stop Tihange" se rendra la 21 avril prochain dans un commissariat de Tongres afin d'y déposer une plainte contre l’Etat belge. D’après les militants, des millions de vies sont mises en danger par les réacteurs "délabrés" de Tihange et Doel.

"Nous sentons notre sécurité menacée par la centrale nucléaire de Tihange 2. Voilà en grandes lignes la teneur de notre déposition", a expliqué un porte-parole du groupe, Jos Gullikers. "Il a récemment été décidé dans le pacte énergétique de sortir du nucléaire en 2025, mais nous estimons que cette date est trop tardive. Les réacteurs et leurs fissures sont trop dangereux et ils doivent selon nous être fermés bien plus rapidement".

Pour l'association, l'Etat belge ne prend pas suffisamment de mesures pour remplir son obligation de garantir la sécurité de la population, notamment néerlandaise. Les activistes craignent également que la durée de vie de certaines centrales soit prolongée au-delà de l'échéance légale, soit 2025.

Le 21 avril prochain, à 14 heures, les militants viendront un par un faire une déposition au commissariat. "Pendant ce temps, nous expliquerons aux passants les raisons de notre action, et ce que nous voulons atteindre. Nous espérons rassembler 100 participants", souligne Jos Gullikers.

Des actions similaires sont prévues à Namur, Eupen, et probablement Anvers. Des citoyens belges et allemands devraient également y participer.