Theo Francken voudrait aboutir à "zéro demandeur d'asile à Bruxelles"

Le secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration désire s’inspirer du système australien, ce qui permettrait selon lui de choisir qui entre sur le territoire belge. "Notre pays pourrait alors donner la priorité à certaines minorités, comme les chrétiens du Moyen-Orient", indique-t-il sur sa page Facebook.

"Nous devons remplacer le modèle actuel, qui se base sur les requêtes à l'initiative des demandeurs d'asile après une entrée illégale sur le territoire, par le modèle australien, dans lequel on pratique uniquement une immigration légale limitée. A notre initiative", a écrit samedi le nationaliste flamand sur sa page Facebook.

A l'instar de l'Australie, la Belgique devrait choisir elle-même qui entre sur son territoire, et ce "à un rythme qui tient compte des capacités sociales, économiques et culturelles de notre pays", plaide-t-il. Elle pourrait alors donner la priorité à certaines minorités, "comme les chrétiens du Moyen-Orient".

Dans son message, Theo Francken dénonce les critiques qui prétendent que "personne n’a jamais laissé autant de réfugiés entrer dans le pays que lui". "Ces 4 dernières années, 8.603 demandes d’asile ont été rejetées, ce qui est un record absolu. Et 6.246 autres demandeurs d’asiles ont en outre obtenu un refus technique de mes services. Encore un record", se défend-il.

Le secrétaire d’Etat ajoute qu'il faudrait apporter davantage d'aide humanitaire dans les zones de conflit. Car si la Belgique a reconnu tant de réfugiés ces dernières années, c'est d'abord parce qu'il n'y a "jamais eu dans le monde autant de VRAIS réfugiés fuyant la guerre", se défend-il dans son long message publié à l'adresse de ceux qui le jugent trop laxiste, tandis que les associations d'aide aux demandeurs d'asile et l'opposition politique francophone sont plutôt de l'avis inverse.