Feu vert définitif à la réforme des allocations familiales en Flandre

Le Parlement flamand a approuvé mercredi soir la réforme des allocations familiales appelée à entrer en vigueur dès 2019 dans le nord de la Belgique. La majorité N-VA-CD&V-Open VLD a voté en faveur. Dans l'opposition, les écologistes de Groen et le parti socialiste SP.A ont voté contre la réforme. Le parti d’extrême-droite Vlaams Belang s'est abstenu.
SCIENCE PHOTO LIBRARY

A l’heure actuelle, les allocations familiales versées vont crescendo en Belgique. Elles s’élèvent à 92 euros pour le premier enfant, 170 euros pour le deuxième, et ainsi de suite. Les allocations augmentent en fonction de l'âge de l'enfant à charge.

Mais ce dispositif disparaîtra à partir du 1er janvier prochain, à la suite de la dernière réforme de l’Etat qui a transféré aux Régions la compétence en matière d’allocations familiales. A partir de cette date, la Flandre propose un montant fixe par enfant de 160 euros. Le dispositif est assorti de suppléments sociaux pour les familles à bas revenus. Il prévoit également une prime de participation scolaire.

L'opposition écologiste et socialiste a estimé que le gouvernement de Geert Bourgeois aurait pu faire un usage plus efficace de l'enveloppe globale de 3 milliards d’euros par an réservée à la répartition de ces allocations pour lutter plus efficacement contre la pauvreté infantile. Ce n'est pas l'avis de la majorité qui estime au contraire que cela contribuera à réduire le risque de précarisation. Sur le plan structurel, la Flandre sera dotée l'an prochain d'un opérateur public et de quatre organismes privés chargés d'assurer le paiement correct et rapide des allocations.

Design Pics / Scott Dickerson

Entrée en vigueur plus tardive dans les autres Régions

En Wallonie et à Bruxelles, le nouveau dispositif entrera en vigueur en 2020. Le Parlement wallon avait été le premier, en février dernier, à approuver son nouveau modèle de montants, d'agrément des caisses privées et d'organisation de sa caisse publique.

La Wallonie prévoit l'instauration d'un taux de base égal, quel que soit le rang de l'enfant, de 155 euros avant 18 ans et de 165 euros après 18 ans, ainsi que des suppléments sociaux associés à deux plafonds de revenus: 55 euros pour les familles dont les revenus se situent en dessous de 30.000 euros brut imposables par ménage et 25 euros pour les familles dont les revenus sont situés entre 30.000 et 50.000 euros annuels. D'autres suppléments sont prévus pour les familles nombreuses, l'invalidité d'un parent, enfants atteints d'une affection, et les enfants orphelins, notamment.

A Bruxelles, les partenaires de la majorité se sont entendus avant les vacances de Pâques sur un dispositif qui entrera en vigueur en 2020. Contrairement à la Flandre et la Wallonie, Bruxelles fera basculer l'ensemble des enfants dans le nouveau système de répartition proposé. L'allocation de base y sera de 150 euros, soit un peu moins qu'en Wallonie et en Flandre, mais les correctifs sociaux et ceux liés à l'âge seront plus variés et plus importants.

Un 'stand still' sera instauré pour faire en sorte qu'aucun bénéficiaire ne soit perdant par rapport à sa situation actuelle.

Reporters