La chaleur aux 10 miles d’Anvers entraine des dizaines d'hospitalisations

Les températures anormalement élevées pour la saison ont joué des tours à des dizaines de participants aux 10 miles et au marathon, ce dimanche à Anvers. Quelque 268 d’entre eux ont eu besoin d’aide médicale de la Croix-Rouge et 57 coureurs ont été emmenés à l’hôpital. Certains devaient passer la nuit aux soins intensifs. Deux y étaient encore ce lundi midi. Selon un médecin du sport, trop peu de participants se seraient correctement préparés à l’épreuve physique.

Plus de 40.000 personnes ont participé dimanche à la 33e édition des 10 miles et du marathon d'Anvers, dont 3.000 rien que pour le marathon. C’est un record. Parmi les participants, figurait le bourgmestre d'Anvers et président de la N-VA, Bart De Wever, qui a terminé la distance mythique du marathon en 4 heures et 21 minutes.

Mais le ministre fédéral Kris Peeters (photo), qui tirera la liste du CD&V aux élections communales d’octobre à Anvers participait lui aux dix miles (16 km), tandis que la tête de liste anversoise du SP.A, Jinnih Beels, prenait part ce dimanche aux 5 kilomètres de l’Antwerp Short Run. Trois têtes de listes anversoises se montraient ainsi sous un autre jour.

Les températures anormalement élevées pour la saison ont cependant eu raison de beaucoup de coureurs - même les plus expérimentés -, notamment lors de leur passage dans les tunnels. Les volontaires de la Croix-Rouge ont ainsi dû intervenir pour prodiguer des soins à 268 participants au total. Et cela alors que des ravitaillements supplémentaires en eau avaient été prévus au départ de la course et sur les parcours. Nombre d’entre eux ont simplement fini l’épreuve en marchant plutôt qu’en courant, sur les conseils des secouristes.

Cinquante-sept participants aux 10 miles d'Anvers ont même dû être emmenés à l'hôpital dimanche. Certains devaient passer la nuit aux soins intensifs. Ce lundi midi, 19 personnes étaient encore à l'hôpital, dont douze pourront rentrer chez elles dans la journée. Sept devront donc encore y rester, dont deux en soins intensifs. "La plupart des gens que nous avons soignés étaient déshydratés, avaient eu trop chaud ou étaient complètement épuisés", indiquait la Croix-Rouge.

"Il y avait 89 secouristes prêts au départ, mais nous en avons eu jusqu’à 150 sur le terrain au plus fort de la course. Nous avions 8 ambulances prêtes à intervenir au départ, et nous avons terminé avec 22 ambulances", précisait encore An Luyten, porte-parole de la Croix-Rouge.

"Trop peu de gens se sont préparés correctement"

Le médecin du sport Tom Teulingx estime que les participants à des événements sportifs comme le 10 miles devraient être mieux préparés. "C’est la responsabilité des participants et des organisateurs", indique le médecin qui constate que le nombre de victimes augmente lors d’événements sportifs de masse.

"Les circonstances de ce dimanche n’étaient pas à ce point extrêmes, mais nous devons être très bien préparés à de telles prestations sportives. Nous constatons que beaucoup trop peu de participants sont bien préparés. Souvent, ils pensent pouvoir en faire davantage qu’ils ne sont vraiment capables de faire. Les organisateurs doivent aussi les renseigner davantage".

L’Association des médecins du sport et médecins examinateurs plaide en faveur d’un nombre accru d’examens médicaux obligatoires avant des événements tels que les dix miles. "De cette façon, nous pouvons évaluer les paramètres physiques et médicaux et permettre seulement à ceux qui le sont capables de prendre part à l’épreuve".

Les organisateurs du dix miles et du marathon ont fait savoir qu’ils avaient déjà mis en garde les participants plus tôt dans la semaine, lorsque les températures ont commencé à monter.