La Belgique libère 26 millions d’euros pour la région syrienne

Le ministre de la Coopération au développement, Alexander De Croo (Open VLD), a annoncé à l’ouverture d'une conférence de donateurs organisée ces mardi et mercredi à Bruxelles que la Belgique va débloquer 26 millions d'euros d'aide humanitaire pour la Syrie et ses pays voisins cette année encore. Ces trois dernières années, la Belgique a débloqué pour cela plus de 100 millions d’euros.

En Syrie et dans les pays voisins, plus de 13 millions de personnes sont en fuite à l’heure actuelle. C’est plus de la moitié de la population totale de Syrie. Les besoins humanitaires restent grands, alors que la fin de la guerre civile sanglante n’est toujours pas en vue. Entre cinq et six millions de Syriens sont coincés dans des pays voisins du leur : en Turquie, au Liban, et Jordanie, mais aussi en Irak et en Egypte. Comme les années passées, la Belgique veut leur apporter un soutien.

La nouvelle promesse de dons fait passer la contribution belge aux efforts humanitaires consentis ces trois dernières années en faveur de la région de la Syrie à plus de 100 millions d'euros. "Nous faisons cela par solidarité envers le peuple syrien plongé depuis huit ans déjà dans cette guerre sanglante. La Belgique n'a jamais affecté des montants humanitaires aussi élevés pour aucune autre crise. C'est le pire drame humain de notre époque", estime le ministre fédéral de la Coopération au développement, Alexander De Croo.

Les fonds débloqués seront affectés à l'accueil des réfugiés de guerre dans la région. À l'heure actuelle, plus de 13 millions de Syriens ont besoin d'aide humanitaire et plus de cinq millions de personnes ont fui à l'étranger: en Turquie (3,5 millions), au Liban (un million), en Jordanie (655.000), en Irak (248.000) et en Égypte (120.000).

Outre son volet humanitaire, la conférence de Bruxelles - organisée par l'ONU et l'Union européenne - doit soutenir le processus de paix piloté par l'envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie, Staffan de Mistura. "La communauté internationale veut donner un signal fort pour indiquer que seule une solution politique peut mettre fin au conflit syrien. Les bombes n'amèneront pas la paix. Seul un dialogue politique peut mettre un terme à cette guerre effroyable. Une solution vraiment durable passe par la table des négociations", a insisté le ministre Alexander De Croo.