Christiaan Bonkoffsky ne serait pas le "géant" des tueurs du Brabant

L'équipe d’enquêteurs en charges du dossier des "Tueurs du Brabant" ne pense plus que l’ex-gendarme Christiaan Bonkoffsky soit le "géant". C'est ce que plusieurs sources judiciaires ont indiqué au quotidien "Het Laatste Nieuws" ainsi qu’à la VRT. "Au cours des derniers mois, un travail d’enquête a été fourni a été pour soutenir cette hypothèse, mais nous n'avons pas réussi à faire ressortir des éléments concrets".

"Il est peu probable qu'il y ait un jour suffisamment de preuves que Chris B. était le "géant des Tueurs du Brabant", a déclaré une source. "Nous sommes sûrs à 99% qu'il ne l'était pas, mais on ne peut pas poser de questions à un mort", a déclaré une seconde source proche du dossier.

Il y a six mois était apparu que Christiaan Bonkoffsky aurait avoué peu avant sa mort à son frère qu'il avait des liens avec la bande de tueurs, ce qui avait suscité l'espoir de l'équipe d'enquêteurs.

Les enquêteurs vont désormais se concentrer sur d'autres pistes. L'annonce de la thèse du "géant" a toutefois permis de générer 400 nouvelles indications.

Me Vermassen pense qu’il s’agit d’une fuite organisée pour semer le doute

David van de Steen, qui a été grièvement blessé lors du raid des Tueurs du Brabant sur le Delhaize d’Alost et a perdu ses parents et sa sœur, a réagi avec incrédulité. "Je vais devoir donner raison à ceux qui m'ont dit que cela n'aboutira jamais parce qu'il y a trop de personnes haut placées impliquées".

Son avocat, Jef Vermassen, ne comprend pas non plus cette tournure des événements et exige de la clarté. "Pourquoi ne disent-ils pas pourquoi cet homme est impliqué ? Nous aimerions savoir ce qu’ils ont déjà découvert et où ils en sont maintenant. C’est une fuite organisée pour semer le doute".

Les proches de l'ex-gendarme ont fait procéder eux-même à des analyses d'ADN

La famille de l'ex-gendarme a fait procéder à des analyses ADN retrouvé sur la montre de Christian Bonkoffsky. ce dernier avait reçu cette montre des unités spéciales de la gendarmerie. Après sa mort l'ex-gendarme a été incinéré, il n'y a donc plus aucune possibilité de retrouver son ADN sur son corps.

La famille Bonkoffsky va remettre les échantillons d'ADN à la justice. "Nous espérons dès lors qu'il y aura plus de clarté dans ce dossier" a déclaré leur avocat Geert Lenssens, "car pour la famille cette piste n'est pas encore refermée".

La famille réagit avec colère et indignation à l’information selon laquelle les enquêteurs ne donnent plus aucune chance à la piste Bonkoffsky ", dit Lenssens. "Ils n'ont plus confiance dans l'enquête et dans le système judiciaire. C'est pourquoi ils n'ont pas donné la montre aux enquêteurs mais ont eux-même fait procéder à une analyse d'ADN.

La famille de l'ancien gendarme ne veut qu'une seule chose, dit l'avocat : "Aussi paradoxal que cela puisse paraître, ils veulent que la vérité soit révélée. Ils l'ont entendu de sa bouche. Ce n’était pas un affabulateur, pas plus que mon client, le frère de Chris Bonkoffsky.

Il y a quelques années, Bonkoffsky avait déjà fait un test de salive, mais cela n'avait donné aucun résultat. Le matériel génétique figure donc déjà dans le dossier. Pourquoi alors livrer un nouvel échantillon ? "La famille a de sérieux doutes sur la manière dont l'ancien échantillon a été examiné à l'époque ", explique Geert Lenssens.

"Un certain nombre de choses ont également été trouvées après les attaques, comme un chapeau de pêcheur. Or, Chris Bonkoffsky portait souvent un chapeau de pêcheur. Cela pourrait contenir de l'ADN et peut être une piste ", dit l'avocat.