Feu vert au décret sur les fusions de communes flamandes

Le parlement flamand a approuvé mercredi soir les décrets qui règlent les fusions de communes. A partir du 1er janvier 2019, la Flandre ne comptera plus que 300 communes au lieu de 308, s'est réjouie la ministre des Affaires intérieures, Liesbeth Homans (N-VA). Cette fusion modifie le paysage local flamand, mais se révèle également avantageuse pour certains partis politiques.

Les communes qui fusionneront de manière volontaire sont Aalter (photo principale) et Knesselare, Puurs et Saint-Amand, Kruishoutem et Zingem, Meeuwen-Gruitrode et Opglabbeek, Neerpelt et Overpelt, Deinze, Nevele et Lovendegem ainsi que Waarschoot et Zomergem. La Flandre comptera ainsi huit communes de moins aux prochaines élections communales d’octobre.

La ministre des Affaires intérieures, Liesbeth Homans, a déjà fait savoir que la N-VA ferait de la fusion obligatoire de communes, qui n'atteignent pas un nombre d'habitants déterminé, l'un des points de la négociation d'un prochain gouvernement flamand.

Un dizaine d’autres communes flamandes ont indiqué être intéressées par une fusion, mais ne sont pas parvenues à remplir les conditions avant le 31 décembre 2017.