La moitié des directeurs d’école présentent des signes de burn-out

Une étude de l’Université de Gand sur le stress et le bien-être, menée auprès de 67 directeurs d’écoles primaires et secondaires néerlandophones, a révélé que la moitié des directeurs d’école de l’enseignement flamand présentent des symptômes d’épuisement professionnel (burn-out). C’est ce qu’a indiqué la ministre de l’Enseignement flamand, Hilde Crevits, en réponse à une question au parlement flamand.

"L'étude montre que la satisfaction et l'enthousiasme des directeurs est OK, mais que beaucoup d’entre eux sont confrontés au stress et au burn-out", précise la ministre Crevits (CD&V, photo). Elle souligne que certains facteurs peuvent être à la fois sources de stress et de bien-être au travail, comme les rapports avec les professeurs, les élèves et les parents, les défis pédagogiques ou l'innovation.

Les différences salariales entre directeurs constitue aussi une source de frustrations. Le gouvernement a d'ailleurs convenu d'aligner dès le 1er septembre prochain les salaires de tous les directeurs d'écoles primaires, d'exempter d'heures de cours les directeurs d'écoles de plus de 100 élèves et de réduire de 4h l'horaire de cours des directeurs d'établissements de moins de 100 élèves.

La ministre Crevits organisera en outre une table ronde sur les résultats de l'étude, en vue d'un plan d'actions sous le prochain gouvernement.