Le trafic de drogues s’exporte hors des grandes villes

Le trafic de drogues prend de l’ampleur dans notre pays et passe toujours davantage par l’internet. Les revendeurs de stupéfiants sont aussi de plus en plus jeunes et n’opèrent plus seulement dans les grandes villes, comme Anvers, mais aussi au niveau plus local. C’est ce que constate Tanja Smit, une avocate qui traite de nombreux dossiers de trafic de drogues.

Les stupéfiants ne concernent pas seulement les grandes villes de notre pays. Les plus petites communes voient en effet apparaitre de façon croissante des revendeurs indépendants. "Ce n’est certainement pas seulement un problème pour les grandes villes comme Anvers", constate l’avocate Tanja Smit.

"Nous recevons souvent aussi des dossiers venant de plus petites communes. Nous constatons que les gens vont s’approvisionner par exemple aux Pays-Bas, avant de lancer leur propre petit commerce de stupéfiants. Et au fur et à mesure, ils se créent une large clientèle".

La plupart des drogues qui sont revendues par des dealers locaux sont le cannabis et la cocaïne, comme dans les plus grandes villes.