Bokrijk : un pommier portant à lui seul les fruits des cinq provinces

A l’occasion de la Journée des jardins de Radio 2 (VRT), la Fondation nationale des vergers a créé un pommier qui porte cinq variétés différentes de pommes. Chacune provient d’une des cinq provinces de Flandre. Le premier exemplaire de cet arbre hors du commun a été planté ce 1er mai dans le domaine provincial de Bokrijk, à Genk dans le Limbourg. Les quatre autres arbres du même type seront installés en provinces du Brabant flamand, d’Anvers, de Flandre orientale et de Flandre occidentale.

Les cinq arbres ont été créés sans l’aide de la magie, souligne Paul Van Laer de la Fondation nationale des vergers. "Pour obtenir un arbre qui porte cinq variétés de pommes, on a besoin d’un porte-greffes sur lequel on greffe les branches de quatre pommiers différents. Ensemble, ce tronc et ces 4 branches produisent cinq variétés de pommes".

Pour que l’arbre puisse survivre et grandir, Van Laer et ses collègues ont utilisé les branches d’arbres qui avaient déjà porté des fruits. Les horticulteurs ont choisi des variétés dont les périodes de floraison sont assez proches. Elles peuvent ainsi se polliniser mutuellement de façon optimale.

Cinq provinces, cinq variétés

L’arbre hors du commun a été créé à cinq exemplaires. Chacun sera planté dans l’une des cinq provinces flamandes. Le premier a été installé dans le domaine limbourgeois de Bokrijk (photo).

Les 5 variétés de pommes proviennent donc chacune d’une autre province flamande. Le Keuleman vient du Limbourg, le Kelling est anversois, la Reinette Hernaut tire ses racines en Brabant flamand, le Trezeke Meyers pousse en Flandre orientale, alors que l’Essching est originaire de Flandre occidentale.

Bien que les cinq sortes de pommes vont pousser sur le même tronc, elles conserveront chacune ses caractéristiques, assure Paul Van Laer. L’une sera plus rouge, l’autre plus verte. Et leur goût variera également.

La première récolte pourra avoir lieu au plus tôt en 2019.

Une expérience qui a ses limites

"En principe, on peut faire pousser encore davantage de variétés sur le même arbre", indique Van Laer. "Mais on court alors le risque qu’une variété domine une autre. Les cinq sortes que nous avons choisies sont plus ou moins aussi résistantes".

"Bien entendu, il faut aussi avoir des greffes du même type de fruit", ajoute encore Paul Van Laer. "Il est exclu de faire pousser des cerises sur un pommier. Une branche de poirier survivra peut-être sur un pommier, parce que les deux types de fruits sont assez proches. Mais il n’y aura pas de poires qui pousseront sur un pommier".