"La Commission ne tient pas suffisamment compte du Brexit"

Le ministre-président flamand Geert Bourgeois (N-VA) est dans une large mesure en accord avec l'approche avancée mercredi par la Commission européenne pour le cadre financier 2021-2027 de l'UE. S'il n'est pas opposé à une "augmentation limitée des ressources", il regrette toutefois que les propositions semblent, de prime abord, ne pas tenir suffisamment compte du Brexit.

D'après lui, le budget européen doit avant tout se concentrer sur des domaines où l'UE apporte une valeur ajoutée. "L'attention est en grande partie portée sur des priorités qui sont aussi celles du gouvernement flamand", explique-t-il, citant entre autres la recherche, la numérisation, le programme d'échanges étudiants Erasmus, la défense ou encore la surveillance des frontières et la sécurité.

Le chef de l'exécutif flamand estime qu'il est trop tôt pour évaluer séparément les différentes rubriques budgétaires, mais souligne qu'il sera de toute façon nécessaire, vu le Brexit, de faire des économies et de se montrer particulièrement efficace avec les fonds disponibles.

Geert Bourgeois s'inquiète d'ailleurs que les propositions de l'exécutif ne semblent pas suffisamment prendre en compte le futur départ des Britanniques de l'UE. Le ministre-président estime entre autres que l'idée consistant à ramener de 20% à 10% le montant que les États membres conserveraient lors de la perception pour l'UE des recettes provenant des droits de douane n'est "pas justifiable".

Une telle mesure "à un moment ou un certain nombre d'Etats, en particulier aux alentours de la Mer du Nord, sont confrontés aux répercussions négatives du Brexit" ne serait pas avisée, estime-t-il.