"Réduire le revenu d’intégration si l’enfant n’est pas inscrit en maternelle"

La section anversoise de la N-VA propose de réduire le revenu d’intégration des personnes qui n’envoient pas leur enfant à la maternelle. Pour Bart De Wever, qui s’exprimait au micro de la VRT, l’objectif est de pousser les parents d’origine étrangère à inscrire leurs enfants à l’école, "et augmenter ainsi leur chance de réussite".

Les membres de la N-VA se sont réunis ce dimanche après-midi pour approuver le programme anversois du parti, en vue des communales d’octobre. Les nationalistes flamands comptent principalement miser sur la sécurité, l’identité et la mobilité.

Le thème de l’identité sera notamment lié à celui de l’enseignement. Bart De Wever voudrait en effet que davantage d’enfants non-néerlandophones suivent les cours de maternelle. "A Anvers, près de 70% des enfants de 0-9 ans sont d’origine étrangère. Dans beaucoup de ces familles, on ne parle pas le néerlandais à la maison. Nous estimons que ces enfants doivent aller en maternelle pour acquérir la langue", a expliqué le bourgmestre.

Selon le leader de la N-VA, trop d’enfants d’origine étrangère rentrent à l’école trop tard, et commencent ainsi leur éducation scolaire avec des lacunes. "Nous ne pouvons dès lors exploiter le talent de ces enfants".

Sanction financière

Alors qu’en Belgique, l’obligation scolaire est fixée à 6 ans, Bart De Wever voudrait mettre en place des mesures qui pousseraient les parents à inscrire leur enfant dès la maternelle. "Nous pensons réduire le revenu d’intégration des personnes qui en bénéficient, si elles n’envoient pas leurs enfants à l’école", a avancé Bart De Wever.

A ses yeux, cette mesure serait prise "dans la meilleure intention, avec l’objectif d’offrir une plus grande chance aux enfants". La proposition doit, selon lui, rompre le risque de pauvreté, et faire baisser à terme le nombre de jeunes chômeurs, et la pénurie dans certains secteurs.