20.000 poussins ont été gazés à Brussels Airport

Les pompiers ont gazé quelque 20.000 poussins dimanche soir à Brussels Airport à la demande du service flamand du bien-être animal. Deux tentatives d'exportation des oisillons vers Kinshasa ont échoué et le transporteur ne voulait pas reprendre le container, écrivent mardi les journaux Mediahuis.

Le container devait s'envoler samedi 5 mai vers la capitale congolaise, mais l'avion n'a pas pu partir pour des raisons techniques. Une seconde tentative a eu lieu le lendemain, sans succès. Le container est ensuite resté sur le tarmac en plein soleil.

"Dimanche soir, un certain nombre de poussins étaient déjà morts, nous avons donc proposé au transporteur de reprendre le container, mais il a refusé. Nous avons envoyé un vétérinaire sur place et il a décidé d'abréger leur souffrance", a indiqué la porte-parole de l'agence flamande pour le bien-être animal, Brigitte Borgmans.

Le corps de pompiers de l'aéroport n'a pas accepté de s'acquitter de la tâche. Ce sont finalement les pompiers de Zaventem qui sont intervenus. L'agence a dressé un procès-verbal contre l'exportateur pour la violation de la loi sur le bien-être animal.
 

Critiques dans les rangs parlementaires

Le gazage de ces 20.000 poussins a suscité des critiques dans les rangs parlementaires en Flandre. "Il n'y a pas de différence entre les colis d'Amazon et des animaux", a réagi le député Hermes Sanctorum, fervent défenseur des animaux. Les écologistes pointent du doigt l'absurdité d'un transport de poussins "à l'autre bout du monde".

"Cela est possible dans un pays où le ministre Ben Weyts (N-VA) est le roi des animaux", a dénoncé Bart Caron (Groen).

La N-VA a justifié la mesure par "l'impérieuse nécessité de mettre fin à la souffrance animale". Mais, "fondamentalement, nous devons nous poser la question de l'exportation à travers le monde d'êtres vivants qui sont considérés comme des produits économiques", a expliqué la députée Jelle Engelbosch, assurant des efforts déployés par le ministre Ben Weyts en faveur de règles plus strictes.