Seize ouvriers découverts dans des conditions de vie lamentables

La police a effectué un contrôle mardi soir dans une maison située à Kortemark (photo), en Flandre occidentale, et y a découvert seize ouvriers du bâtiment de diverses nationalités, qui vivaient dans des conditions précaires. La maison a été déclarée inhabitable et évacuée. L’information n’a été relayée par la VRT que ce vendredi. Une enquête a été ouverte.

L’intervention de la police faisait suite à des problèmes d’électricité dans la maison de Kortemark, qui ne répondait en outre pas aux normes de protection contre l’incendie. Des voisins avaient également signalé que de nombreuses personnes vivaient dans l'habitation, à l'adresse de laquelle personne n'est officiellement inscrit.

Les forces de l’ordre y ont alors découvert 16 ouvriers du bâtiment qui vivaient ensemble dans la maison. Elles auraient aussi provoqué des nuisances dans le quartier.

Ils sont de diverses nationalités, mais séjournent de façon légale en Belgique. Il s’agit notamment de Polonais, de Colombiens et d’Italiens. La plupart s'expriment en espagnol et travailleraient pour un sous-traitant espagnol d'une entreprise installée à Koekelare (Flandre occidentale).

La justice a lancé une enquête auprès de l'auditorat du travail,  pour voir s’il s’agirait d’un cas de traite d'êtres humains, de dumping social ou d’une location multiple d’un même logement à des prix élevés.

La maison a été déclarée inhabitable par la police. Les ouvriers ont été accueillis pendant une nuit aux frais du centre public d’aide sociale de Kortemark, mais devaient ensuite se chercher eux-mêmes un nouveau logement.