La poire belge fait son entrée au Vietnam

La Conférence belge peut désormais être vendue au Vietnam et poursuit ainsi sa conquête du monde. "La poire doit devenir pour nous ce que le kiwi est pour la Nouvelle-Zélande", estime le secrétaire général de la Fédération des coopératives horticoles belges (Verbond van Belgische Tuinbouwcoöperaties), Filip Appeltans. Près de trois ans après le dépôt de la première demande en ce sens, une première poire belge a fait son apparition sur le sol vietnamien lundi (photo), dans le cadre de la mission économique dirigée par le ministre-président flamand, Geert Bourgeois, dans la pays asiatique.

En principe, les premières cargaisons de poires belges devraient arriver dès octobre dans le pays du sud-est asiatique. La poire est le fruit emblématique des producteurs fruitiers flamands, lesquels représentent 95% de la production belge. Notre pays est l'un des seuls, avec les Pays-Bas, à offrir d'aussi bonnes conditions de culture de la poire Conférence, indique Filip Appeltans de la Fédération des coopératives horticoles belges.

La production de poires belges est en hausse et a atteint l'an dernier près de 350.000 tonnes. La variété Conférence représente à elle seule près de 90% de la production belge de poire.

"La poire doit devenir pour nous ce que le kiwi est pour la Nouvelle-Zélande", poursuit Filip Appeltans. "En d'autres termes, celui qui prononce le mot poire doit songer directement à la Belgique. Ce n'est pas pour rien que les poires Conférence sont appelées en Chine les 'Belgian pears'. Les Néerlandais arrivent juste après et leur fruit y est appelé 'Dutch Belgian pears'".

Historiquement, la Belgique est un pays important pour la poire moderne. De nombreux pomologues amateurs, tant en Wallonie qu'en Flandre, ont été à l'origine de l'obtention, au 19e siècle, de centaines de variétés nouvelles, aujourd'hui quasiment tombées dans l'oubli.

Vers d'autres pays encore?

En raison du boycott russe des fruits européens, la Criée de fruits belges à Saint-Trond est à la recherche de nouveaux marchés. "Nous exportons déjà depuis quelques temps vers la Chine, mais aussi le Canada et le Brésil. Maintenant, c’est au tour du Vietnam", indique Filip Lowette de la Criée.

"Tout comme la Chine, le Vietnam est un pays qui compte beaucoup de consommateurs. Nous en attendons donc beaucoup".

La Criée de fruits belges veut également exporter des poires limbourgeoises vers les Etats-Unis, le Pérou, l’Equateur et la Bolivie. Mais les négociations à ce sujet sont encore en cours.

"Dans la plupart des pays hors de l’Europe, il faut d’abord obtenir l’autorisation explicite avant de pouvoir exporter quoi que ce soit. Et il faut négocier avec les agences locales pour la sécurité alimentaire", précise Lowette.