La zone à basse émission d’Anvers a un impact positif sur la qualité de l’air

Si l’on en croit les chiffres de la Société flamande pour l’Environnement (Vlaamse Milieumaatschappij), la pollution de l’air a diminué à Anvers depuis l’introduction de la zone à basse émission dans la métropole. Plusieurs points de mesure sont installés dans la ville et l’impact serait le plus visible aux points situés dans une zone d’intense trafic routier. Le pourcentage de suie mesuré à Borgerhout a, par exemple, ainsi diminué de 19,2%. "Ceci démontre que notre mesure fonctionne", indique l’échevine anversoise pour l’Environnement, Nabilla Ait Daoud (N-VA).

Anvers est la première ville de Belgique qui a introduit une zone à basse émission (LEZ) dans son centre, le 1er février 2017. Entretemps la Région bruxelloise lui a emboité le pas, le 1er janvier 2018. Les voitures les plus polluantes ne sont ainsi plus autorisées dans cette zone. Les normes seront encore renforcées en 2020 et 2025.

Les premières évaluations des résultats de cette mesure environnementale indiquent que la zone à basse émission a un effet positif sur la qualité de l’air à Anvers. La baisse de la pollution est la plus significative aux endroits où passent beaucoup de véhicules.

Le pourcentage de suie enregistré au point de mesure de la commune anversoise de Borgerhout aurait ainsi diminué de 19,2%. Mais même ces taux réduits peuvent encore avoir un effet néfaste sur la santé des habitants.

Les concentrations de dioxyde d’azote - qui peut notamment occasionner de l’asthme - ont également diminué. La baisse est également la plus importante sur les routes très encombrées, comme la Belgiëlei (dans le centre anversois). La concentration de dioxyde d’azote y a chuté de 27,6%.

"Les efforts fournis en valent la peine"

L’échevine anversoise de l’Environnement, Nabilla Ait Daoud (photo), se dit ravie des premiers résultats de la mesure. "Cela démontre que les efforts fournis par les habitants et les visiteurs fonctionnent. La qualité de l’air s’est améliorée, et augmente aussi plus rapidement dans les endroits situés en-dehors de la zone à basse émission".

D’après l’administration communale d’Anvers, la zone à basse émission a aussi un impact positif sur l’ensemble de la Flandre. "Les gens qui ne prennent plus leur voiture polluante font du bien à l’ensemble de la Région", estime l’échevine.

En 2020 et 2025, la zone à basse émission verra ses normes encore renforcées. Nabilla Ait Daoud estime que l’impact sur la qualité de l’air en sera également amélioré.