Lukas Dhont, premier cinéaste flamand à remporter la Caméra d’Or

Le film "Girl" du cinéaste gantois Lukas Dhont a remporté samedi soir la Caméra d'Or lors de la cérémonie de clôture du Festival de Cannes. Ce prix récompense le meilleur premier film toutes sections confondues. C’est la première fois dans l’histoire du prestigieux festival du film qu’un Flamand remporte ce prix. Dans une première réaction à la VRT Lukas Dhont a déclaré être particulièrement fier.

"Je me sens merveilleusement bien. Nous avons travaillé si dur (sur ce film, ndlr) pendant quatre ans et tout le monde autour de moi s'y est lancé avec tant de passion........ Le fait que ce prix soit décerné à ce niveau est fantastique. Je ne l'oublierai jamais", a réagi Lukas Dhont depuis Cannes.

Le jury, présidé par la réalisatrice suisse Ursula Meier, a décidé de remettre le prix à un film "alliant délicatesse et puissance".

"Je tiens à remercier ceux qui m'ont entouré. (...). Je dédie ce film à deux personnes exceptionnelles. Celle sans qui le film n'existerait pas (dont l'histoire a inspiré le long métrage, ndlr).

Et celui qui, à 16 ans, a tenu ce rôle sans se soucier du qu'en dira-t-on", a indiqué Lukas Dhont, monté sur scène aux côtés de son acteur principal, Victor Polster, pour recevoir le trophée.

Cette année, 18 premiers films pouvaient prétendre à la Caméra d'Or. Par le passé, des réalisateurs comme Jafar Panahi, Steve McQueen ou encore le Belge Jaco Van Dormael (en 1991 avec Toto le héros) s'étaient vu remettre la précieuse distinction.

Quatrième récompense pour "Girl"

Avec ce prix, "Girl", ovationné durant près de 15 minutes lors de sa présentation en première mondiale la semaine dernière, enregistre sa quatrième récompense.

Victor Polster avait en effet déjà remporté vendredi le prix d'interprétation dans la section "Un Certain Regard" du Festival de Cannes.

Le long métrage, qui raconte l'histoire vraie d'une adolescente née garçon qui rêve de devenir ballerine, a par ailleurs été couronné de la "Queer Palm", un prix indépendant qui récompense un film des sélections cannoises pour son traitement des thématiques altersexuelles (homosexuelles, bisexuelles, transgenres).

Samedi après-midi, il s'était en outre vu décerner le prix Fipresci des critiques de cinéma internationaux dans la section "Un Certain Regard".