Vilvorde rend hommage à Portaels, l'un des premiers orientalistes belges

Jean-François Portaels (Vilvorde, 30 avril 1818 - Schaerbeek, 8 février 1895) est le plus important représentant de l'orientalisme dans notre pays. A partir de ce week-end, ses œuvres exotiques seront exposées dans la Tuchthuis à Vilvorde, 200 ans après sa naissance.

L'orientalisme est un mouvement artistique intéressant datant du début du XIXe siècle. Après la conquête de l'Égypte par Napoléon et les plans pour la construction du canal de Suez, l'intérêt pour le Moyen-Orient s'est accru en Europe.

Jean-François Portaels, né à Vilvorde le 30 avril 1818 a introduit ce courant artistique en Belgique. Une partie de son œuvre sera exposée à Vilvorde jusqu'au début du mois de juillet. Un véritable festival Portaels est aussi organisé dans sa ville natale où le principal hôpital porte son nom (AZ Jan Portaels).

Décédé à Schaerbeek en 1895 (où une rue porte son nom), cet artiste peintre réalisa aussi deux vastes compositions religieuses à connotation symbolique pour l’église Saint-Jacques-sur-Coudenberg à Bruxelles (1885-1886).

"Le premier citoyen de Vilvorde à s’être rendu en Syrie" avait déjà eu droit à une grande exposition rétrospective en 2015 au Palais des Beaux-Arts à Bruxelles.

Son triptyque monumental qui vient d’être restauré et est de retour depuis quelques mois dans la grande église gothique Notre-Dame de Bonne-Espérance de Vilvorde. Le panneau central représente la visite que rendit Marie, enceinte de Jésus, à sa cousine Elisabeth. Sur les deux panneaux latéraux, Portaels a représenté Saint Pierre et Jean Baptiste.

A présent une exposition lui est consacré à la Tuchthuis, une ancienne prison datant de la période autrichienne.

Jean-François Portaels a découvert l’orientalisme lors de son premier voyage à Paris. Il a rompu avec le néoclassicisme dans lequel il a été éduqué et a embrassé avec enthousiasme le nouveau mouvement.

En 1842, il a remporté le Grand Prix de Rome, un prix belge dont le lauréat était envoyé à Rome et dans d'autres régions exotiques pendant quatre ans avec une bourse substantielle pour apprendre le métier. Il traversa la Méditerranée et se rendit notamment au Liban et en Syrie, le cœur de l’Orient.
 

Portaels s’intégrait facilement dans les pays qu’il visitait que ce soit le Maroc, l’Algérie, l’Egypte d’Istanbul jusqu’à Jérusalem. Il avait des contacts faciles avec la population et était impressionné par les paysages et les phénomènes naturels, comme les tempête de sable.
Portaels s'inspirera, durant de longues années, des croquis réalisés au cours de ses voyages.

Tout cela a conduit à de très beaux portraits et à des scènes orientales. Mais les conditions sociales de la population sont aussi visibles dans son œuvre, il montre par exemple la traite des esclaves, la pauvreté et même déjà le problème des réfugiés. Un sujet plus que jamais d’actualité. Ainsi d’après le commissaire de l’exposition, Davy Deplechin "C'est précisément sur la valeur actuelle et la haute qualité des peintures de Portaels que nous voulons attirer l'attention".

La ville de Vilvorde propose un programme très diversifié autour de Portaels, l’homme et son œuvre. Le samedi 16 juin, il y aura même un défilé de chameaux dans la ville. Vous trouverez toutes les informations sur cette exposition ( seulement en néerlandais) via ce lien.