Le Standard rejoint le FC Bruges en Ligue des champions

A la question qui sera deuxième, et qualifié pour le 3e tour préliminaire de la Ligue des champions, la réponse est le Standard, qui a conquis à Charleroi le point dont il avait besoin (0-0). Anderlecht, battu 1-2 par Genk, termine donc 3e, et est qualifié pour la phase de poules de l'Europa League.

A la question qui sera quatrième, et se qualifiera ainsi pour le 3e tour préliminaire de l'Europa League, la réponse est La Gantoise, victorieuse à Bruges, 1-2, lequel a ainsi étrenné son titre et célébré les adieux de Timmy Simons - titulaire pour son dernier match - par une quatrième défaite en dix matches dans ce playoff I.

A la question qui sera cinquième, et qualifié pour le barrage contre le vainqueur du playoff II, la réponse est donc forcément Genk.
Charleroi, sixième et dernier, ne remontera pas sur la scène européenne la saison prochaine.

Les enjeux étant d'importance dans les trois matches de cette 10e journée, ceux-ci ont forcément éte serrés.

Le Standard a fait ce qu'il devait faire, ne pas perdre à Charleroi (0-0). Ce qui vaut aussi pour La Gantoise, obligée de s'imposer à Bruges (0-1 grâce à un but de son attaquant japonais Yuya Kubo, non sélectionné pour le mondial, à la demi-heure), et Genk, auquel l'exploit à Anderlecht ne rapporte toutefois rien.

Cinquième, Genk devra en effet valider son ticket européen contre Lokeren ou Zulte Waregem, qui se mesureront en finale du playoff II mercredi au Stade Arc-en-ciel.

Malheureusement pour le club limbourgeois, le succès conquis contre Anderlecht au Stade Constant Vanden Stock grâce à Dries Wouters (35e) et Leandro Trossard (37e), dont un autre tir victorieux avait auparavant été annulé suite à une intervention de l'assistance vidéo, malgré une tête victorieuse de Lukasz Teodorczyk (son 15e but de la saison) à la 53e, ne sert à rien.

Le Standard, qui avait déjà en poche la Coupe de Belgique, est donc le grand vainqueur de ce playoff I avec 21 points sur 30.

Ricardo Sa Pinto annonce son départ du Standard

L'entraîneur du Standard Ricardo Sa Pinto a annoncé son départ dimanche à l'issue du derby wallon à Charleroi où il a arraché le nul blanc dont il n'avait même pas besoin, compte tenu de la défaite d'Anderlecht, 1-2, contre Genk.

"C'était mon dernier match, et ce n'est sans doute une surprise pour personne", a-t-il en effet déclaré en conférence de presse, après avoir fait ses adieux à tous les joueurs, visiblement très attristés.

Demain ou un autre jour, on va plus que probablement voir Michel Preud'Homme entrer par la porte d'où le Portugais sera sorti avec toutes ses affaires, et un bilan exceptionnel.

Il ne l'a d'ailleurs pas caché, il "espérait rester plus longtemps".
"Parce que j'aime ce club", a-t-il enchaîné. "Mais il fallait prendre une décision, et je l'ai prise. Je ne vais donc malheureusement pas continuer. C'est ma décision et la direction la connaît. Le contrat a été rompu".

Enfin Sa Pinto a évoqué son travail, son œuvre. "Le Standard est un club difficile", a-t-il dit. "Je peux donc me montrer fier de ce que j'y ai réalisé. J'ai bâti une équipe gagnante, tout en instaurant une ambiance familiale qui était loin de régner dans le vestiaire à mon arrivée. J'ai dû changer pas mal de choses, ce qui n'était guère aisé.

Mais bon maintenant tout le monde est content, à commencer par les supporters qui à un moment étaient très fâchés...", a conclu Sa Pinto.
 

Laurie Dieffembacq