Richard Brocken/HH

Une fille qui avait creusé un trou de 1,5 mètre sur la plage échappe de peu à la mort

Une jeune allemande de 9 ans a échappé de justesse à la mort sur la plage de Nieuport après avoir été ensevelie dans un trou de un mètre et demi de profondeur. La fille passait des vacances sur la côte belge avec ses parents et creusait depuis deux jours un profond trou dans le sable, jusqu’à ce que tout s’effondre soudainement.

Les gérants d’un bar de plage et des travailleurs qui se trouvaient dans les parages ont directement commencé à creuser avec leurs mains pour dégager la petite. "Cela a duré plusieurs minutes avant qu’on n’aperçoive la fille. Nous avions déjà atteint 1,2 mètres et pensions ne plus la retrouver. La maman criait : ‘creusez ! creusez !’. Tout à coup on a vu un T-shirt. Je n’avais jamais vu des gens creuser aussi vite", raconte Jan Calcoen, un pompier bénévole qui se trouvait sur les lieux.

"J’ai décidé d’assurer la réanimation, étant donné mon expérience", poursuit-il. "Après un massage cardiaque et du bouche-à-bouche, le cœur de la petite s’est remis à battre, et la fille a repris conscience. Elle a eu énormément de chance. Nous étions là immédiatement, et elle se trouvait sur son ventre, la tête vers le bas, ce qui a fait qu’elle n’a pas avalé de sable, et qu’un petit espace s’est formé, contenant de l’oxygène", explique encore le pompier.

La petite fille est ensuite parvenue à se relever, et a été emmenée à l’hôpital pour y subir des examens. "C’est la seule enfant que j’ai vu sortir vivant d’un trou de sable effondré. Sur mes 45 ans de carrière en tant que pompier bénévole, j’ai vu 4 enfants mourir dans ce genre d’accident", témoigne Jan Calcoen. "La plupart du temps, les secours arrivent trop tard, car dans cette situation, il ne s’agit pas d’une histoire de minutes, mais de secondes", conclut-il, non sans émotion.

A la suite de l’incident, la police côtière a réitéré son appel à ne pas creuser de trous dans le sable. "Il est temps que les gens prennent conscience de l’énorme danger que cela représente", souligne une porte-parole.