Les recteurs demandent la régularisation de la famille de Mawda

Les recteurs des institutions universitaires francophones et néerlandophones de Belgique ont adressé mardi une lettre ouverte au Premier ministre Charles Michel dans laquelle ils disent appuyer la demande de régularisation définitive de la famille de la petite Mawda, tuée accidentellement lors d’une course-poursuite entre la police et une camionnette transportant des personnes en séjour illégal. Une telle décision permettrait à cette famille irako-kurde (photo) "de suivre la procédure judiciaire et de se recueillir sur sa tombe".

Dans leur lettre ouverte, les onze recteurs signataires expriment leur préoccupation "devant le climat actuel à l'égard des migrants qui conduit à une dégradation progressive du respect dû aux personnes et de la protection des plus vulnérables dans nos sociétés".

"L'horrible destin de la petite Mawda apparaît à nos yeux plus comme un symptôme qu'un accident", poursuivent-ils. "Si rien ne pourra réparer l'irréparable, une régularisation définitive serait un geste destiné à retrouver un climat plus conforme aux valeurs de notre société issue des lumières et de la déclaration universelle des droits de l'Homme", concluent les recteurs.

La lettre est signée de la main de Vincent Blondel (UCL), Yvon Englert (ULB), Pierre Jadoul (Université Saint-Louis Bruxelles), Naji Habra (UNamur), Calogero Conti (UMons), Albert Corhay (ULiège), Caroline Pauwels (VUB), Luc De Schepper (Université de Hasselt), Luc Sels (KU Leuven), Herman Van Gothem (Anvers) et Rik Van de Walle (Gand).