Des contrôles intenses contre l'alcool au volant ce week-end

La huitième édition de la campagne estivale BOB démarre ce vendredi par un week-end de contrôles intenses contre l'alcool au volant. Pendant 72 heures, toutes les zones de police du pays participeront à cette opération. Durant l’été, les autorités promettent des contrôles plus mobiles. 

"A l'heure des médias sociaux, la police doit se déplacer plus souvent qu'auparavant pour effectuer des contrôles efficaces. Ce n'est plus nécessaire de rester pendant des heures au même endroit", constate le ministre de l'Intérieur, Jan Jambon.

En été, 12 accidents sont liés à l'alcool chaque jour. L'été 2018 sera particulièrement riche en événements festifs. Outre les festivals et traditionnels barbecues entre amis, les prestations des Diables rouges à la Coupe du monde de football en Russie seront l'occasion de faire la fête et de boire. Les autorités ont relevé lors du dernier Euro en 2016 une augmentation de 80% des accidents avec blessés après des matchs de l'équipe nationale.

Selon une étude de Vias, 15% des conducteurs qui prennent part à un événement culturel ou suivent un match de football ne veillent pas à modifier leur consommation d'alcool. Ce pourcentage grimpe à 21% pour des festivals de musique.

"Fiers de sauver des vies"

La campagne de cet été, soutenue par les trois Régions du pays, mettra l'accent sur la fierté des candidats Bob. "Ils peuvent être fiers car ils peuvent sauver des vies", a souligné Jan Jambon.

Le concept Bob a été lancé en 1992 par les Brasseurs belges et l'Institut belge de la sécurité routière, devenu Vias. "Depuis, le concept a été copié dans 17 pays", a indiqué Jean-Louis Van de Perre, président de la fédération des Brasseurs belges. Il s'est réjoui du développement ces dernières années en Belgique de bières totalement sans alcool.

L'Union professionnelle des entreprises d'assurances, Assuralia, prend aussi part à la campagne. Les assureurs déplorent "un noyau dur d'accidents lourds" qui ne diminuent pas au fil du temps. "On en recense environ 700 par an, pour lesquels les dégâts sont estimés à 125.000 euros au moins", explique Wauthier Robyns, porte-parole d'Assuralia. "Bien souvent, ces accidents surviennent dans une situation où on rentre ensemble d'un endroit où on s'est amusé ensemble..."