Un film choc pour mettre en garde sur le franchissement des passages à niveau

Il s’agit d’une première mondiale : un crashtest au cours duquel une voiture est percuté par un train a été mené par Infrabel, en collaboration avec l'Institut de sécurité routière Vias et la police des chemins de fer dans le cadre d’une campagne de prévention transversale sur le franchissement des passages à niveau.

Une locomotive bélier, une voiture, trois mannequins et une dizaine de caméras composent l'essentiel du dispositif mis en place pour ce crashtest particulier. Ce dernier a été réalisé "à des fins scientifiques et pour permettre à toutes les disciplines concernées de s'entraîner", exposent le gestionnaire de l'infrastructure ferroviaire belge et Vias dans un communiqué commun. "C'est une première mondiale."

Dans une zone préalablement sécurisée, la locomotive a été lancée à 75 km/h contre un véhicule immobilisé sur un passage à niveau. Les trois mannequins placés dans l'habitacle n'en ont pas réchappé. "Une pression comparable à environ 60 fois le poids du corps est exercée sur les occupants de la voiture, soit six à sept fois plus que la force maximale qu'un pilote de F16 entraîné peut supporter", explique Vias.

"Une personne de 70 kilos, par exemple, reçoit un impact de plus de 4.200 kilos. Les chances de s'en sortir sont nulles", rappelle Benoit Godart, porte-parole de Vias. Les trains dépassent en outre régulièrement la vitesse retenue de 75 km/h.

Pourtant, le nombre d'accidents aux abords des passages à niveau ne diminue pas. En 2017, 51 accidents (soit près d'un par semaine) ont été recensés, faisant neuf morts. En 2016, le nombre d'accidents s'élevait à 45, pour quatre décès et huit blessés graves.
Dès lors, "lorsque le feu rouge d'un passage à niveau clignote, que le signal sonore retentit et que les barrières sont fermées ou en mouvement, vous devez toujours vous arrêter", rappelle Vias.

Chargement lecteur vidéo ...