"La rencontre entre Baudouin et Fabiola n’avait rien de miraculeux"

Comment et dans quelles circonstances se sont rencontrés Baudouin et Fabiola ? La légende veut que ce soit une religieuse irlandaise Veronica O’Brien qui fut chargée par le roi célibataire de trouver la perle rare, au printemps 1960. Cette rencontre aurait été, toujours selon la légende, quasi miraculeuse. La réalité est différente, estiment à présent les historiens Mark Van den Wijngaert et Emmanuel Gerard, dans un nouvel ouvrage sur le sujet. Baudouin et Fabiola s’étaient sans doute rencontrés auparavant.

Le 15 décembre 1960, le roi Baudouin épouse l’espagnole Fabiola de Mora y Aragon, une union qui durera jusqu’au décès du roi, en été 1993. Scellée par une foi profonde, leur union est citée en exemple. Même le récit de leur rencontre frappe l’imagination. Ce récit a été conté par le cardinal Jozef Suenens dans un livre publié deux ans après la mort de Baudouin.

Selon lui, l’idylle s’est construite par l’entremise d’une religieuse irlandaise Veronica O’Brien, reçue à Laeken par le jeune roi. Baudouin évoqua son célibat et son désir de rencontrer une épouse qui pourrait partager à la fois sa vie, sa foi et sa charge royale. C’est en Espagne que la religieuse a la prémonition d’y trouver la perle rare. L’enquête de l’Irlandaise sur l’apostolat au sein de la bonne société madrilène la conduisit comme par miracle auprès d’une jeune femme encore totalement inconnue, Fabiola de Mora y Aragon. Baudouin aurait rencontré Fabiola pour la première fois en mars, en juillet leurs fiançailles furent annoncées et le mariage eut lieu en juillet.

"Suenens voulait accentuer la sainteté de Baudouin"

Selon la version du cardinal Suenens cette rencontre fut quasi miraculeuse. Une version que remet en cause aujourd’hui l’historien de la KU Leuven Emmanuel Gerard. Il a l’expliqué ce lundi dans l’émission "De ochtend" (VRT). Avec le professeur émérite Mark Van den Wijngaert, il est l’auteur d’un nouveau livre sur Baudouin, 25 ans après sa mort. On y jette un regard neuf sur le mariage entre Baudouin et Fabiola : il n'y aurait pas eu de miracle, comme le veut la légende.

"Il y a suffisamment de raisons de croire qu'ils se sont connus bien avant mars 1960", a confié Emmanuel Gerard.

Emmanuel Gerard ajoute qu’avec Mark Van den Wijngaert, "ils ne contestent pas la version de la rencontre décrite par le cardinal Suenens. Le rôle de Veronica O’Brien, en tant que médiatrice, est d’ailleurs mentionné dans des lettres. Ce que nous avons voulu faire c’est jeter un regard critique sur le récit qu’en fait le cardinal Suenens. Il avait un objectif en tête en présentant cette rencontre comme miraculeuse. Suenens voulait accentuer la personnalité extraordinaire de Baudouin. Et dans ce conte de fées, il lui fallait un tel miracle. En fait, il voulait les rendre plus catholiques qu'ils ne l'étaient. Son histoire visait à démontrer la sainteté de Baudouin".

En réalité, on peut penser que Baudouin et Fabiola s’étaient déjà rencontrés auparavant. Ils se serraient vus en 1957 lors d'une fête chez Victoria-Eugénie, la veuve du roi d'Espagne Alfonso XVII et qui était la marraine de Fabiola. Leurs chemins se sont également croisés lors de l'Exposition universelle de 1958 à Bruxelles.

"On peut donc supposer qu’ils s’étaient déjà rencontrés dans d’autres circonstances et qu’ils avaient déjà une attirance l’un pour l’autre. Baudouin a sans doute utilisé Veronica O’Brien pour se rapprocher de Fabiola" estime Emmanuel Gerard.

Boudewijn, Koning met een Missie" (en néerlandais) de Mark Van den Wijngaert et Emmanuel Gerard, publié par le Davidsfonds.