"Dès 2019, la VRT ne disposera plus d’une sécurité financière suffisante"

"L’offre de la radio-télévision publique flamande n’a jamais été aussi large mais la VRT ne pourra remplir ses différentes missions publiques que si elle peut compter sur un cadre financier stable". Tel aura été le message de Luc Van De Brande et de Paul Lembrechts, respectivement, président du conseil d’administration et administrateur délégué de la VRT lors de la présentation du rapport annuel de la chaîne publique devant le Parlement flamand.

L’année dernière la VRT a atteint 89,4% de la population flamande sur base hebdomadaire. En moyenne l’audience journalière était de 2.964.195 auditeurs des différentes chaînes de radio, 2.755.523 téléspectateurs pour les chaînes de télévision et 1.070.174 lecteurs-surfeurs pour le site internet VRT NWS. Le coût moyen de fonctionnement l’an dernier était de 41,2 euros par habitant en Flandre.

Ces dernières années, la chaîne publique flamande a dû consentir des économies considérables. En 2014, par exemple, un programme d'économies d'un montant total de 29,5 millions d'euros a été mis en place. "Tous les objectifs budgétaires ont été atteints", estime Paul Lembrechts. "Mais une sécurité financière est nécessaire. Si le gouvernement flamand continue à réduire nos moyens de fonctionnement, quatre séries de fiction seront supprimées chaque année et l'accord social avec le personnel risque d’être compromis", prévient de son côté Luc Van den Brande.

"A partir de 2019, la VRT ne disposera plus d’une sécurité financière suffisante", conclu Paul Lembrechts. Les frais de personnel ne peuvent pas dépasser 43,25% de nos revenus. Ce plafond risque de devenir problématique dans les prochaines années.

La VRT estime que le gouvernement flamand a deux options : soit cesser de faire des coupes financières, soit donner à la chaîne publique une plus grande marge de manœuvre pour collecter ses propres ressources. La VRT fait référence au plafond publicitaire qui a été systématiquement dépassé ces dernières années, mais qui doit être respecté à partir de 2018.