La lionne qui s'était échappée de son enclos à Planckendael a été abattue

La lionne qui s'est échappée de son enclos au zoo de Planckendael jeudi matin a été abattue. L'animal s'était baladé dans le parc toute la matinée. Le zoo a tenté par deux fois d'anesthésier l'animal mais n'a pas réussi.

"Après deux tentatives infructueuses d'anesthésie, nous avons dû abattre la lionne. Personne parmi les visiteurs ou le personnel n'a été mis en danger", précise Planckendael sur Twitter.

L'évasion de la lionne s'est produit peu après que le parc eut été ouvert à ses abonnés et non au grand public, qui peut y accéder à partir de 10h00. Peu de visiteurs se trouvaient ainsi dans le zoo. S'il a d'abord été indiqué que l'animal se trouvait dans un couloir de service, il s'est avéré que le félin se promenait en liberté dans le parc.
Tous les visiteurs présents ont été emmenés en sécurité dans un restaurant en bordure du zoo.

Selon la police, le plan d'intervention a été déclenché, signifiant l'arrivée des forces spéciales sur les lieux. Ces dernières n'endorment pas les animaux mais restent en stand-by pour les "neutraliser" si la situation n'est plus sous contrôle, a expliqué un porte-parole de la police. "L'évacuation s'est déroulée rapidement, sans panique et sans victime."

Le zoo a rouvert ses portes vers 12h15.

Le ministre Weyts demande une enquête sur cette mort "terrible et inexplicable"

Le ministre flamand du Bien-être animal Ben Weyts (N-VA) a qualifié l'exécution jeudi d'une lionne qui s'était échappée de son enclos au parc animalier Planckendael de "terrible et inexplicable". Il plaide pour une enquête sur la manière dont la police a pris la décision d'abattre l'animal.

"Je comprends qu'il s'agissait d'une évaluation difficile du risque pour la sécurité, mais je ne saisis pas pourquoi il n'y a pas eu plusieurs tentatives pour tenter d'étourdir l'animal", a expliqué M. Weyts à Belga. "C'était une décision de la police et de la police uniquement de tuer la lionne. En ce qui me concerne, il faut non seulement enquêter sur les circonstances de l'évasion, mais aussi sur la manière dont la décision de l'abattre a été prise", a-t-il insisté.

L'organisation de défense des animaux Gaia s'interroge également sur la mort du félin et demande la réalisation d'une enquête indépendante sur la manière dont les événements se sont produits et pour déterminer les responsabilités.

Selon Gaia, c'est la police qui a décidé d'abattre la lionne. L'organisation se demande pourquoi elle ne s'est pas montrée plus patiente et n'a pas mené plus de tentatives pour endormir l'animal ou le calmer.

"La police a-t-elle fait preuve d'une mentalité de cow-boy ou Planckendael ne dispose-t-il pas de plan d'urgence pour faire face à de telles circonstances?", s'est exclamé le président de Gaia, Michel Vandenbosch.

La porte-parole du parc, Ilse Segers, a souligné pour sa part que la sécurité des visiteurs était toujours centrale.  

Jasper Jacobs