BELGA (archief)

Planckendael améliore la sécurité des cages d’animaux dangereux

Après une première évaluation des circonstances de la fuite d'une lionne qui s'était soldée jeudi par la mort de l'animal, le parc animalier de Planckendael, près de Malines, a décidé de dégager les moyens nécessaires pour accélérer la mise en place d'un nouveau système de sécurité. Les infrastructures, déjà installées au zoo d'Anvers depuis l'année passée, empêcheront l'ouverture simultanée de deux portes dans une cage qui abrite des espèces dangereuses, telles que les éléphants, les grands singes ou les fauves.

Les infrastructures dédiées aux lions, y compris leurs espaces extérieurs, sont en parfait état et avaient encore été récemment inspectées par l'Association européenne des zoos et aquariums (EAZA), précise le parc animalier de Planckendael. La lionne a vraisemblablement pu s'échapper jeudi parce que l'un des sas de sécurité de l'enclos était resté ouvert. "Il s'agit d'un manquement sérieux au protocole de sécurité", regrette le parc. "Une erreur humaine a été commise." Par mesure de sécurité, le fauve a été abattu.

Pour limiter un maximum ce facteur humain à l'avenir, Planckendael va accélérer la mise en place du dispositif "Lock Out Tag Out". Des agents avait tenté d'anesthésier le fauve après son évasion, sans y parvenir. La procédure a ainsi été correctement appliquée, expose le parc, qui souligne qu'endormir une lionne n'est pas chose aisée.

Le protocole concernant les lignes de tir de la police stipule que le vétérinaire ne peut s'approcher à moins de 21 mètres de l'animal. La distance et l'angle de tir pour un pistolet à air compressé ne permettaient pas d'anesthésier la lionne. Après environ trois heures d'évasion, le fauve, très agité, s'est approché dangereusement de visiteurs.

"La lionne risquait grandement d'atteindre les personnes restées dans le wagon asiatique. Ce ne fut pas une décision prise à la va-vite. C'est une décision mûrement réfléchie. La sécurité est la priorité numéro un. Finalement, la police a décidé d'abattre Rani. Nous sommes terriblement bouleversés", relate le parc sur Facebook. "Tous les collaborateurs de Planckendael tentent à présent d'avancer et de donner une place à cet incident", conclut-il.

L’investissement pour la mise en place du dispositif "Lock Out Tag Out" se chiffre à 500.000 euros.