Belga

Grève dans les prisons: 3 suspects libérés "en raison des conditions de détention indignes"

La chambre du conseil de Malines a ordonné la remise en liberté de trois suspects en préventive, "en raison des conditions de détention indignes". La chambre a jugé que depuis le début de l’action de protestation menée par les gardiens de prisons, la dignité des détenus ne peut être garantie.

Onze suspects en préventive devait comparaître ce vendredi devant la chambre du conseil de Malines. Suite à la grève des gardiens de prison, ils n’ont toutefois pas pu être transférés vers le tribunal. La chambre a dès lors décidé de les remettre en liberté.

Le parquet d’Anvers a fait appel dans huit des cas. Trois détenus ont donc finalement été libérés. 

Les conditions matérielles de vie ne répondent plus aux normes de base.

La chambre du conseil de Malines

La chambre du conseil a estimé que depuis une dizaine de jours, la dignité des détenus ne peut être garantie. "La prison de Malines est surpeuplée. Il y a de la place pour 89 personnes, alors que 113 personnes y séjournent. Les conditions matérielles de vie, telles que l’hygiène, une alimentation décente, la promenade, ne peuvent plus être garanties, et ne répondent plus aux normes de base", a indiqué la chambre.

Ce vendredi encore, un peu plus de la moitié des agents pénitentiaires étaient absents des prisons du nord et du sud du pays. Depuis onze jours, ils protestent contre les plans du ministre de la Justice, Koen Geens (CD&V) d’instaurer un service minimum.