Le nouveau North Sea Port a entamé un départ prometteur

North Sea Port a transbordé 35,8 millions de tonnes de marchandises au premier semestre de cette année, ce qui représente une croissance de 11% par rapport à la même période en 2017. Il s'agit de son meilleur trimestre, indique le port issu de la fusion entre les ports de Gand, de Terneuzen et de Flessingue (en Zélande).

En tonnages, quelque 16 millions de tonnes de vrac sec ont été traitées. Le transport de charbon pour l'industrie est resté stable et le vrac liquide représente 11 millions d'euros (soit une croissance de 25%).

Le traitement de marchandises diverses a augmenté de 6%, passant ainsi à 6 millions de tonnes environ. La hausse est remarquée dans le transport de fruits et légumes, produits agricoles, papier et carton, ainsi que métaux et acier.

La direction ne veut pas encore tirer de grandes conclusions de ces chiffres prometteurs. Outre la conjoncture favorable, l’optimisme peut cependant être de mise. "Etant donné que nous faisons maintenant partie du top 10 des plus grands ports européens, les gros investisseurs s’intéressent davantage à nous", estime le CEO Daan Schalck.

"Nous pouvons maintenant aller défendre des dossiers à l’étranger, alors qu’auparavant nous ne figurions même pas sur la liste des ports retenus. L’agrandissement d’échelle fonctionne". North Sea Port reste cependant prudent, en raison des facteurs macro-économiques.

"Il y aura les conséquences du Brexit, mais aussi de la politique du président américain Trump, notamment avec l’introduction de taxes à l’importation. Nous suivrons cela de près".