Revirement : pas encore d’autorisation généralisée du voile dans les écoles gantoises

Les écoles de la ville de Gand n’autoriseront finalement pas encore officiellement le port du voile pour les jeunes filles musulmanes dès le 1er septembre. Le nouveau règlement qui devait obliger les écoles à accepter les symboles religieux - sauf argument contraire sérieux - a finalement été suspendu, à la suite de violentes critiques du parti de la majorité Open VLD. L’échevine de l’Enseignement, Elke Decruynaere (Groen), regrette le "climat polarisé" autour de ce dossier.

L’échevine gantoise Elke Decruynaere (photo ci-dessous) a annoncé lundi soir qu’il n’y aurait tout de même pas, pour la rentrée scolaire de septembre, une autorisation généralisée du port du foulard pour les jeunes élèves musulmanes dans les écoles de la ville. Elle revient ainsi sur la décision qu’elle avait prise sur base d'un jugement du tribunal de Tongres, qui a récemment estimé qu’un groupe de filles de deux écoles de Maasmechelen (Limbourg) avait bien le droit de porter le voile au sein de leur établissement scolaire.

Son règlement général a en effet rencontré de virulentes critiques du partenaire de coalition des écologistes, le parti libéral Open VLD. Ce dernier a rappelé la possibilité d’aller en appel et a réclamé des explications supplémentaires au sein du collège échevinal.

"Nous allons également nous concerter avec la Plateforme locale de concertation et les directions d’écoles " explique Decruynaere, ajoutant que les règlements de toutes les écoles de la ville de Gand seront étudiés individuellement. "Les lacunes juridiques importantes seront corrigées, dans l’intérêt des élèves comme de l’équipe pédagogique".

La directive générale annoncée pour le 1er septembre est donc suspendue. L’administration communale gantoise s’est réunie lundi midi à ce propos et a décidé de remettre le dossier dans les mains du collège, "pour pouvoir mener ce débat de société difficile avec la sérénité nécessaire".

"Jusqu’à présent, nous avons toujours étudié la question pour chaque école individuellement", tentait d’expliquer Elke Decruynaere lundi soir à la VRT. Une école pourra donc encore toujours interdire le port du voile en son sein, "si une pression est exercée sur des élèves pour porter le foulard ou si le climat de l’école le nécessite", précise l’échevine gantoise de l’Enseignement.