Une application pour contrecarrer l’utilisation frauduleuse de cartes "handicapé"

À Anvers, Koekelberg et Courtrai, un projet pilote a été lancé avec la création d'une nouvelle application. Elle permet aux policiers et aux préposés au stationnement de découvrir rapidement si une carte de stationnement pour personnes handicapées est utilisée de façon frauduleuse. En scannant le QR code ou en entrant le numéro de la carte, le contrôleur peut voir presque immédiatement s'il s'agit d'une carte active ou d'une copie fictive ou expirée.

D’après la chaine régionale de la VRT (Radio 2), ce serait un agent de stationnement anversois qui a constaté des abus et demandé d’y remédier. Dans certaines rues commerçantes, comme l’Abdijstraat, l’agent avait constaté que 30% des clients garent leur véhicule en utilisant une carte pour les personnes handicapées. Il s’est avéré qu’il s’agissait partiellement de cartes copiées ou de cartes qui ne sont plus valables. « C’est une façon aisée pour se garer pendant toute une journée gratuitement ».

Il existe actuellement 660.000 cartes de stationnement pour personnes handicapées, dont 250.000 ne sont plus actives. Habituellement, ce sont des cartes qui auraient dû être remises, comme après un décès.

D’après la Secrétaire d'Etat à l'Egalité des Chances, Zuhal Demir (N-VA), tout abus est difficile à détecter. "Cela crée des frustrations, notamment au sein du Conseil Supérieur National des Personnes Handicapées", explique-t-elle. Elle estime que les fraudeurs doivent être sévèrement punis, parce qu’ils prennent les places de personnes qui sont plus fragilisées.

L’application qui est actuellement testée à Anvers, dans la commune bruxelloise de Koekelberg et à Courtrai (Flandre occidentale) doit permettre aux agents de stationnement, aux gardiens de la paix et à la police d’imposer une amende aux contrevenants, via un smartphone. En scannant le QR code ou en entrant le numéro de la carte, le contrôleur peut voir presque immédiatement s'il s'agit d'une carte active ou d'une copie fictive ou expirée.

Le montant de l’amende pour quelqu’un qui se gare sans en avoir le droit sur un emplacement réservé aux personnes handicapées passera de 116 à 174 euros. Si le projet pilote dans les trois villes flamandes s’avère concluant, il sera étendu à l’ensemble de la Flandre.