Scheire Willem

Une centaine de candidats au poste de gouverneur de Flandre orientale

L’actuel gouverneur de Flandre orientale, Jan Briers, prendra sa pension à la fin du mois d’octobre. Lors de la précédente législature, le gouvernement flamand avait décidé de rendre plus objective et transparente la procédure de sélection d’un nouveau gouverneur. C’est la première fois que cette décision est mise en pratique, par le biais d’une offre d’emploi lancée en avril dernier, à laquelle tout un chacun peut répondre, via le site internet du gouvernement flamand. Une centaine de personnes se seraient déjà portées candidat.

D’après le quotidien De Tijd, l’ouverture de la procédure de sélection pour la désignation du futur gouverneur de la province de Flandre orientale a provoqué une nuée de candidatures. Les sources du journal financier flamand parlent de 80 à 105 candidats à l’heure actuelle.

"Il s’agit de chefs de cabinets, de fonctionnaires haut placés ou de diplomates, mais aussi tout autant de simples citoyens", indiquait ce jeudi dans l’émission "De ochtend" de la VRT (Radio 1) le gouverneur Jan Briers (photo archives), qui s’apprête à prendre sa pension. De Tijd parle aussi encore de candidatures de personnalités politiques, de militaires et d’entrepreneurs.

D’après Jan Briers, ce n’est pas étonnant qu’il y ait tellement de candidats. "C’est un job fantastique", déclarait-il sur les ondes de la VRT. "La loi indique que les gouverneurs aident les citoyens lorsqu’ils ont des problèmes avec les autorités, mais aussi des problèmes en général. Nous prenons ce rôle très au sérieux. Hier soir, je me trouvais encore chez des citoyens dans le quartier de la "petite Russie" à Zelzate. Quelques heures auparavant, j’étais chez le roi pour réfléchir à la façon de collaborer plus étroitement avec les Pays-Bas".

Briers estime que son successeur devra être un bon médiateur et pouvoir bien étudier. Le salaire d’un gouverneur est aussi respectable. « Mais je constate qu’environ la moitié des secrétaires communaux gagnent davantage que le gouverneur. La moitié des commissaires de police gagnent plus. Et un gouverneur ne peut pas cumuler les fonctions. Je trouve cela très bien, pour éviter tout soupçon de conflits d’intérêts ».

Jan Briers ne sera pas impliqué dans la procédure de sélection de son successeur. C’est le bureau externe de sélection Ascento qui fera passer des interviews et des tests aux candidats. Il remettra ensuite aux autorités flamandes une liste de candidats adéquats. Les personnes qui y figureront devront alors passer en audition devant le Parlement flamand.

La sélection des gouverneurs de provinces se passe depuis des décennies à huis-clos. On tente d’y garder un équilibre entre les démocrates-chrétiens, les libéraux et les socialistes.