Jasper Jacobs

La Flandre autorise le subventionnement de la recherche dans le domaine militaire

Une nouvelle circulaire du ministre flamand de l’Innovation, Philippe Muyters (N-VA, photo), indique que le gouvernement flamand autorisera dorénavant le subventionnement public d'entreprises, instituts de recherche et universités en matière de recherche dans le domaine militaire, à l'exclusion des "systèmes d'armes offensifs".

Le débat est actuel depuis plusieurs mois en Flandre, alors que la circulaire précédente, qui remonte à 1994, interdisait les subventions publiques de la Flandre en recherche et développement (R&D) militaire. La fédération patronale de l'industrie technologique, Agoria, avait appelé à un assouplissement de la circulaire, mais les organisations pacifistes, les syndicats et les chercheurs n'y étaient pas favorables.

Pour avancer, le ministre Muyters a requis divers avis et établi un cadre qui maintient l'exclusion de tout subventionnement pour les systèmes d'armes offensifs, tels que les armes à feu, chimiques ou biologiques, les explosifs, ou les missiles, notamment.

Les recherches entrant dans le cadre de programmes de défense nationale, européenne ou internationale, et pour lesquelles existe un contrôle éthique, pourront être soutenues. Les autres dossiers seront examinés par un Comité d'avis éthique et stratégique, organe flamand multidisciplinaire chargé de faire rapport au gouvernement et au parlement.

"Nous plaidons pour la résolution prioritaire des conflits par la concertation et la raison, mais nous voulons aussi que nos entreprises flamandes, comme c'est le cas dans le reste de l'Europe, puissent participer à des programmes qui font consensus", a commenté le ministre Muyters. "Les projets à double usage - qui trouvent aussi une application dans le domaine civil - doivent aussi pouvoir être soutenus. L'examen du Comité d'avis éthique et stratégique est crucial à cet égard", a ajouté Philippe Muyters.