AFP or licensors

Van Uytvanck crée la sensation à Wimbledon en éliminant la tenante du titre

La Grimbergoise de 24 ans (WTA 47) a signé un véritable exploit, jeudi soir au tournoi de tennis de Wimbledon, en battant en 3 sets (5-7, 6-2 et 6-1) l’Espagnole Garbine Muguruza, troisième mondiale et tenante du titre. Sa performance a duré 1h51 de jeu. Alison Van Uytvanck (photo), qui qualifie ce match du "plus beau" de sa carrière jusqu’à présent, accède ainsi au troisième tour à Londres.

Alison Van Uytvanck avait prévenu. Il fallait qu'elle s'amuse dans ce match qui lui offrait l'occasion de défier la championne en titre. Elle a sans aucun doute rempli cet objectif. A l'inverse de l'Espagnole Muguruza qui a d'emblée été bousculée. Elle a déjà dû redresser une situation très compromise dans le set initial.

Menée 4-2, Muguruza s'est reprise. Elle a gagné les trois jeux de service suivants de Van Uytvanck. Malgré un nouveau break concédé à 4-5, la résidente genevoise de 24 ans arrachait le premier set 5-7 après 47 minutes. La suite fut totalement à l'avantage de la Belge de 24 ans déjà très bonne au 1er tour contre la Slovène Polona Hercog (WTA 64). Servant bien, frappant très long, Van Uytvanck poussa la native de Caracas, au Venezuela, régulièrement à la faute. Ce qui eut le don d'énerver la vainqueur des "Championships" il y a douze mois.

Les jeux défilaient, mais pas du tout dans le sens escompté à l’origine. "Ali" réalisait le break à trois reprises dans la 2e manche (6-2) et encore à deux reprises dans la troisième pour conclure à sa première balle de match (6-1) ! Les deux derniers sets n'ont duré de 64 minutes.

Au 3e tour, Van Uytvanck sera opposée à l'Estonienne Anett Kontaveit (WTA 27), 22 ans, vainqueur de l'Américaine Jennifer Brady (WTA 74) par 6-2, 7-6 (7/4). En cinq participations, c'est la première fois qu’Alison Van Uytvanck atteint le troisième tour à Wimbledon. C’est son meilleur résultat absolu en 17 tournois du Grand Chelem, après son quart de finale à Roland Garros en 2015.

AFP or licensors

"Le plus beau match de ma carrière"

"D'autant plus que c'était dans un Grand Chelem", s’écriait Alison Van Uytvanck à l’issue de la rencontre, à la tombée de la nuit. "C'est chouette de jouer comme ça". "En plus, il y avait une super ambiance avec les gens qui scandaient 'Alison, Alison' dans les tribunes. Cela fait plusieurs fois que j'étais passée tout près de battre une joueuse du Top 10, Wozniacki à Rome, Goerges à Roland Garros, et encore Kasatkina à Eastbourne, mais je n'y étais encore jamais parvenue. Je pensais que j'étais capable d'afficher ce niveau de jeu, je l'avais en tout cas déjà montré à l'entraînement. J'étais en confiance et je savais que je devrais être agressive, sans quoi je n'aurais eu aucune chance. Et j'ai très, très bien joué. J'étais dans ma bulle et chaque balle que je frappais restait dans le court."

Son coach, David Basile, s’écriait pour sa part : "Je n'ai pas de mots. Ali a été fantastique !". Le Liégeois, qui travaille avec elle depuis le mois de février, était admiratif de la manière avec laquelle la Grimbergoise était parvenue à terrasser l'Espagnole, tenante du trophée dans l'enceinte du All England Club.

La performance d'Alison Van Uytvanck sur le gazon londonien, David Basile l'explique en un mot : l'audace. Et il espère évidemment qu'elle réussira à continuer sur sa lancée, samedi, contre l'Estonienne Anett Kontaveit (WTA 27), sa prochaine adversaire. "L'objectif était clairement de la faire aller plus vers l'avant. Nous avons aussi travaillé le service, qui est une grande arme chez elle, ainsi que le retour, mais ce qui lui manquait surtout auparavant, c'est qu'elle n'osait pas. C'est ça qui a fait la différence. Car si vous n'allez pas chercher les points contre Muguruza, vous n'avez aucune chance. Alison a un gros potentiel, mais il lui arrive encore de douter. Kontaveit, ce sera un autre match. C'est une bonne joueuse, qui pratique aussi un beau tennis, mais dont le gazon n'est peut-être pas la meilleure surface. Je pense donc que cela devrait convenir à Ali. On verra. On va pendre cela de manière relax, sans s'emballer." .

Mugurunza: “Elle a joué du feu de Dieu”

Garbine Muguruza (photo) a quitté déçue le tournoi de tennis de Wimbledon, après une élimination dès le deuxième tour contre la Belge Alison Van Uytvanck (WTA 47). L'Espagnole connaissait la Belge, pour s'être encore entraînée avec elle à Roland Garros, mais elle ne s'était pas imaginée perdre pour autant. "C'est triste, car j'avais vraiment à cœur de bien faire. Mais elle a très bien joué", a-t-elle confié.

"Elle a vraiment joué du feu de Dieu! Elle a pris énormément de risques et cela a très bien fonctionné pour elle. Mon niveau de jeu n'était également pas celui que j'avais escompté, ce qui explique peut-être qu'elle a pu produire ce genre de tennis." "J'aurais pu sortir de meilleurs coups ou mieux contrôler ses frappes. Mais ce n'est pas facile sur gazon", a poursuivi l'Espagnole. "Je pense aussi que cette surface convient très bien à son jeu. C'était difficile pour moi aujourd'hui. Nous avons beaucoup couru toutes les deux. Elle était dans un grand jour et le match a fini par m'a échapper."