Le bijoutier qui a tiré sur l’un des braqueurs à Oostakker libéré sous conditions

Le bijoutier d'Oostakker, section de la ville de Gand, qui a été l'auteur de coups de feu à la suite du braquage de sa boutique samedi midi, a été déféré devant un juge d'instruction. L'homme est soupçonné de meurtre. Il a toutefois été libéré sous conditions. L’enquête devra déterminer si l’on peut parler ou non de légitime défense.

Le bijoutier, dont le commerce a été visé samedi en milieu de journée par deux braqueurs présumés, a tiré avec une arme à feu, en rue, sur un des suspects, celui qui était assis à l'arrière du scooter sur laquelle le duo prenait la fuite. Les assaillants présumés n'ont, quant à eux, pas tiré. Le voleur présumé touché par les tirs est tombé du vélomoteur et est décédé sur place.

L'attaque de la bijouterie Moens, dans la Bredestraat, avait été menée par deux suspects. "Ils étaient armés et ont emporté des bijoux, mais n'ont pas tiré de coups de feu", indique la porte-parole du parquet Eva Brantegem. "Ils ont pris la fuite sur un vélomoteur, mais le bijoutier les a poursuivis avec une arme à feu. Il a tiré vers les assaillants, et la personne qui était assise à l'arrière a été mortellement touchée. Ils ont encore pu continuer à rouler un petit temps, mais l'individu assis derrière est ensuite tombé de l'engin. On a tenté de le réanimer, mais il est mort sur place".

Légitime défense ?

Le bijoutier n'a donc pas tiré à l'intérieur de la boutique lors de l'attaque, mais bien en rue au moment où les suspects prenaient la fuite. L'enquête doit déterminer si l'on peut parler ou non de légitime défense. "Le bijoutier a été interpellé et est déféré devant le juge d'instruction de Gand pour meurtre", indique la porte-parole.

Selon des témoins, il y aurait eu trois coups de feu, mais ce n'est pas encore confirmé. L'identité de la personne décédée n'est pas encore connue. L'autre suspect du vol est encore en fuite, malgré les moyens mis en œuvre par la police, qui avait notamment fait usage d’un hélicoptère.

Libéré sous conditions

Après avoir été déféré devant le juge pour meurtre, le bijoutier a été laissé en liberté, mais sous conditions. "L'homme collabore très bien à l'enquête", a indiqué le parquet de Flandre orientale.

"Les premières auditions révèleraient que les assaillants se sont montrés extrêmement agressifs. Le bijoutier aurait été molesté et menacé avec une arme à feu. Les membres de la famille présents et les clients auraient également été menacés d'une arme à feu".